L’ANC réagit à la décision de Trump : « plus que jamais solidaire avec les peuples sahraoui et palestinien »

L’ANC réagit à la décision de Trump : « plus que jamais solidaire avec les peuples sahraoui et palestinien »

Le Congrès national africain (ANC) d’Afrique du Sud, au pouvoir dans ce pays, a rendu public un communiqué très fort en réponse à la dernière sortie de Donald Trump concernant le Sahara Occidental.

L’ANC « a noté avec consternation l’annonce du président sortant des États-Unis, Donald Trump, d’un accord qu’il a négocié, qui verrait la reprise des relations diplomatiques normales entre le Royaume du Maroc et l’État d’Israël, en échange de la reconnaissance par les États-Unis de «la souveraineté marocaine sur l’ensemble du territoire du Sahara occidental».

Par-delà cette consternation de rigueur, le Maroc est rappelé à ses devoirs par ce poids lourd de l’Union africaine : « le Royaume du Maroc, membre de l’Union africaine et donc lié par son Acte constitutif et ses décisions, n’a aucun droit à la souveraineté sur le Sahara occidental, position reconnue par d’innombrables résolutions de l’Union africaine, des Nations Unies ainsi que par l’arrêt de 1975 de la Cour internationale de Justice. Seul le peuple du Sahara occidental peut prendre une décision concernant sa propre souveraineté et son autodétermination.

Ce n’est pas tout. Le même document dénonce au passage le rapprochement entre le Maroc et l’entité sioniste, dont l’essence criminelle et raciste n’est plus à démontrer : « la décision du Royaume du Maroc de reprendre des relations diplomatiques normales avec l’État d’Israël est malheureuse, alors que l’oppression et le déni de l’autodétermination du peuple palestinien se poursuivent sans relâche.

Les droits inaliénables des peuples du Sahara occidental et de Palestine à l’autodétermination et à la liberté ne doivent pas être déraillés par «l’accord» de Trump. Et d’accabler de manière directe le roi Mohamed VI : « c’est un triste jour pour le Royaume du Maroc, en tant que président de l’Organisation de coopération islamique (COI) et en tant que gardien de Jérusalem (Al-Qods) d’accepter «l’accord» transactionnel de Trump ».

L’engament ainsi pris, et réitéré, est ferme et sans appel : « L’ANC continue de soutenir fermement le droit à l’autodétermination des peuples du Sahara occidental et de Palestine, comme le reflètent ses résolutions de la Conférence. Il soutient la position de l’Union africaine et des Nations Unies selon laquelle ces questions doivent être résolues de manière démocratique, pacifique et urgente ».

En conclusion, s’indigne encore ce très important communiqué, « Il est regrettable que le président sortant Trump, dans ses derniers jours au pouvoir, tente de cimenter son héritage de politiques étrangères réactionnaires, qui ne contribuent pas à des résolutions pacifiques des conflits dans le monde, mais qui en fait alimentent la haine et les conflits ».

A.O