Lakhdar Rekhroukh plaide pour une nouvelle forme de gestion financière des entreprises publiques

Lakhdar Rekhroukh plaide pour une nouvelle forme de gestion financière des entreprises publiques

Lakhdar Rekhroukh, président de l’Union nationale des entrepreneurs publics (UNEP), a plaidé pour une nouvelle forme de gestion des capitaux des entreprises publiques. Objectif : mettre fin aux problèmes financiers que ces dernières connaissent.

Lakhdar Rekhroukh, qui est également le patron du groupe public de PTB Cosider, a proposé, dans ce sens, la création d’un organisme dédié à la gestion des participations de l’Etat dans les capitaux des entreprises.

L’organisme en question sera composé de gestionnaires et d’économistes, a-t-il expliqué lors de son intervention ce lundi 11 janvier au forum de la radio nationale.

Le président de l’UNEP a révélé par ailleurs qu’une contraction, oscillant entre 18 et 25%, a plombé les performances des entreprises publiques en 2020. La raison est connue de tous : l’épidémie de coronavirus.

Sur les crédits accordés à ces entreprises, M. Rekhroukh s’est dit surpris des sommes faramineuses avancées par certains médias. Car, selon lui, la politique d’octroi de crédits bancaires de l’Etat ne fait aucune différence entre les entreprises publiques et privées.

Enfin, le PDG de Cosider a mis en exergue l’importance du rôle des firmes étatiques dans la relance de l’économie nationale. « Elles représentent de 25 à 30% du tissu économique algérien », a-t-il notamment assuré.

Skander Boutaiba