La Tunisie recadre son ancien président Merzouki suite à son dérapage à l’égard de l’Algérie

La Tunisie recadre son ancien président Merzouki suite à son dérapage à l’égard de l’Algérie

Le ministère des Affaires étrangères, de l’Immigration et des Tunisiens à l’étranger a condamné les propos haineux de Moncef Merzouki, ancien président de la République tunisienne, à l’égard de l’Algérie.

Dans un communiqué publié ce mardi, le ministère a exprimé son « grand étonnement » des déclarations répétitives portant atteinte à « l’Algérie sœur », sans toutefois cité Merzouki nommément.

« Le ministère réitère son rejet catégorique de toutes les tentatives désespérées qui visent à nuire aux liens solides, profonds, fraternels et stratégiques entre la Tunisie et l’Algérie », fustige le communiqué.

Dans ce contexte, le ministère tunisien des Affaires étrangères affirme que ce « comportement irresponsable » n’engage pas l’Etat tunisien. Il engage seulement la personne responsable, en l’occurrence Moncef Merzouki, tance la même source.

« Il (Moncef Merzouki) ne réussira en aucune manière à saper les relations exemplaires entre la Tunisie et l’Algérie, qui ne cessent de se développer grâce à la volonté sincère des dirigeants des deux pays », tranche la diplomatie de ce pays voisin.

Hier lundi, le parti d’Ennahda a dénoncé les propos belliqueux de Moncef Merzouki sur l’Algérie. Ce dernier multiplie les déclarations outrancières et les accusations mensongères à l’égard de l’Algérie, depuis la reprise de la lutte armée du peuple sahraoui contre son parrain, l’occupant marocain.

Djaouad Amine