La France exclut de présenter des excuses pour la colonisation de l’Algérie

La France exclut de présenter des excuses pour la colonisation de l’Algérie

La France a exclu, ce mercredi 20 janvier, de présenter des excuses pour son passé colonial en l’Algérie, selon la chaîne d’information LCI qui cite le palais de l’Elysée (la présidence française).

Ce matin, l’historien Benjamin Stora a remis son rapport sur « les mémoires de la colonisation et de la guerre d’Algérie » au président français, Emmanuel Macron.

Le rapport contient des propositions pour parvenir à « une nécessaire réconciliation » entre l’Algérie et la France,  a précisé dimanche dernier la présidence française citée par l’AFP.

Dans un entretien accordé au Parisien, Benjamin Stora a proposé des commémorations communes de certaines dates symboliques.

« Je propose que sur des dates symboliques, comme le 19 mars pour les appelés, le 5 juillet – l’indépendance pour les Algériens, mais aussi la date où des Européens ont été enlevés à Oran –, le 17 octobre pour les immigrés (massacre d’Algériens jetés dans la Seine à Paris en 1961, NDLR), chacun puisse venir à la commémoration des autres. Il est impossible de trouver une seule date, unanime car le drame est que chaque groupe se considère comme l’unique dépositaire de la blessure de l’histoire. Les pieds-noirs se plaignent de ne jamais avoir été reconnus, les Algériens d’avoir été victimes de la colonisation pendant 130 ans, les appelés d’avoir été incompris, les immigrés ignorés », a-t-il souhaité.

Selon lui, « il faut profiter de la révolution numérique pour mettre en commun ce patrimoine extraordinaire pour la connaissance ancienne de l’Algérie ».

Skander Boutaiba