Journée internationale des réfugiés

Journée internationale des réfugiés

Appels en faveur de l’autodétermination du peuple sahraoui

Des ONG internationales amies du peuple sahraoui ont appelé samedi, à l’occasion de la Journée internationale des réfugiés, à l’autodétermination du peuple sahraoui sous occupation marocaine depuis 1975.

Conséquence de cette occupation militaire illégale, une partie du peuple sahraoui vit en exil forcé depuis  45 ans, notamment dans les camps des réfugiés de Tindouf, au sud de l’Algérie.

Ainsi, saisissant cette journée,  le Groupe de Genève pour la Protection et la Promotion des Droits de l’Homme au Sahara occidental a dénoncé « les entraves du Maroc à l’organisation du référendum d’autodétermination du peuple sahraoui », rappelant la « situation difficile » qu’endurent les 173.600 réfugiés sahraouis dans ces camps.

Dans un communiqué, les 213 membres du groupe ont rendu hommage au Front Polisario et à la République Arabe Sahraouie Démocratique pour leur « admirable administration des camps tout au long des 45 dernières années, ce qui a permis d’assurer un niveau de vie digne à toute la population, y compris l’accès aux soins et à l’éducation pour tous ».

Au passage, le Groupe a salué les  « autorités algériennes pour l’accueil des réfugiés sahraouis qui s’inscrit dans la tradition historique algérienne d’appui aux mouvements de libération africains et d’ailleurs dans le monde et pour le soutien humanitaire et matériel qu’elles leur apportent », lit-on dans le texte. Le Groupe a salué en outre, « tous les Etats, organisations régionales et internationales et ONG qui apportent leur soutien financier et matériel aux réfugiés sahraouis, y compris à l’occasion de la récente pandémie de Covid-19 qui n’a vu aucun réfugié atteint par le virus, invitant tous les autres Etats à faire de même ».

Le Groupe a invité par ailleurs, « tous les Etats à faire respecter le droit international, y compris le Droit international humanitaire, au Sahara occidental », exhortant « le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU à « publier immédiatement le rapport établit en mars 2018, en collaboration avec l’UNICEF et le Programme Alimentaire Mondial, afin que les ressources nécessaires puissent être réunies pour les 173.600 réfugiés résidant dans les camps ».

Le texte a souligné à cet égard, que « malgré les condamnations de l’occupation militaire du Sahara occidental par le Maroc de la part du Conseil de Sécurité et de l’Assemblée générale de l’ONU ainsi que de l’Organisation de l’Unité Africaine et de son héritière l’Union Africaine, le Royaume persiste dans sa politique d’annexion illégale et bloque depuis trois décennies l’organisation du référendum d’autodétermination et d’indépendance du Peuple sahraoui ».

R.I.