Joe Biden, futur President des États Unis, accusé par Trump de trucage des élections

Joe Biden, futur Président des États Unis, accusé par Trump de trucage des élections

Hassen KACIMI

La plus grande démocratie du monde rattrapée par le trucage des élections présidentielles, qui coutent au contribuable 1,3 milliard de dollars.

Cette course à la Maison Blanche, partage l’Amérique en deux, dans un climat envenimé et entaché de querelles, où tous les coups bas sont permis.

La population s’est barricadée de peur de confrontations violentes, entre les deux camps, chauffés à blanc.

Trump tient un discours virulent qui exhorte ses militants à se tenir prêts, pour passer à l’action, le moment venu .

Il tient un discours radical, de l’extrême-droite, qui pourrait mener vers l’irréparable. Entre franchise et violence, le discours de Trump fait peur.

Pour les Européens, Trump est une menace à la paix mondiale. Force est de reconnaître que l’Amérique ne pourra pas sombrer dans le chaos ni dans la dictature .

Elle dispose d’institutions fortes, une armée républicaine, une justice indépendante, un sénat et une assemblée, forts.

Décidément la démocratie est neutralisée par la folie du pouvoir.
des milliers de bulletins ont circulé, ainsi que des millions de vote par procurations, dont l’authenticité est contestée, ont été comptabilisés.

Des centres de vote ont été fermés, pour empêcher les électeurs de voter. Cela risque de changer fondamentalement les scores attendus .

Les dépouillements continuent plusieurs jours après le scrutin, augmentant ainsi toutes les appréhensions des candidats, au sujet de réelles tentatives de fraudes massives .

Trump crie à la fraude et menace le démocrate Biden, qui réplique que personne ne pourra voler la volonté du peuple .

La plus grande démocratie du monde, face aux démons des pouvoirs tyranniques, qui ne reculeront pas, pour tenter de prendre le pouvoir par la force, en utilisant toutes les astuces et failles de la loi .

Les insuffisances de l’administration Américaines ont été dévoilées par le scrutin Présidentiel Américain.

Une administration fédérale qui ne s’est pas reformée, ni modernisée . Des procédures électorales vieilles, inefficaces , encore en vigueur, depuis le temps de la diligence.

Si l’Amérique est l’Etat le plus fort du monde, par contre ce pays est confronté à une bureaucratie que le Président Trump a de tout temps raillée et critiquée.

Le vote par procuration ou par anticipation, risque de faire couler beaucoup d’encre, et de grandes batailles judiciaires sont prévues au niveau des tribunaux fédéraux.

Le volume du vote par procuration est dix fois plus important, dans certains États, que lors de la dernière élection Présidentielle, laissant la voie ouverte à toutes les supputations et hypothèses les plus invraisemblables.

L’élection Présidentielle Américaine, n’est pas la confrontation de deux programmes de candidats, à la course Présidentielle ,c’est un véritable Show de vedettes, sur scène , qui parlent de tout, sauf de leur programme économique.

Sur les plateaux de télévision, on parle de Mélanie et de ses disputes avec Trump, des coups de gueule de celui ci et de son infection par le Covid , qui n’a pas réussi à le mettre au lit .Le Président Trump est le mal aimé de la presse Américaine qui ne rate pas une occasion pour le descendre en flamme , à chaque fois qu’il commet un impaire.

Joe Biden , moins arrogant, apparaît dans cette campagne, comme l’homme sage qui attend le verdict des urnes pour se déclarer Président .

L’électorat semble ne pas être sous l’influence des idéologies, et celui ci , dans un réalisme  typiquement Américain, ne soutiendra que celui qui est en mesure d’améliorer le quotidien de leur vie .

Les minorités composée des noirs et des ispaniques , sont beaucoup plus enclins à soutenir traditionnellement les démocrates , à la recherche de plus de chances et d’égalité ,dans une société  foncièrement raciste et xénophobe.

Par contre, les migrants, qui ont réussi, votent  Républicains . Ce sont là les controverses de l’Amérique, à plusieurs visages.

Dans l’ensemble, les noirs, les hispaniques ou les migrants , restent une minorité et ils ne peuvent pas influer sur les résultats d’un scrutin électoral .

Des doutes pèsent sur la neutralité de certains juges, de la cour suprême, qui ont été désignés par le Président Trump, menaçant sérieusement l’indépendance de la justice.

La procédure d’empêchement, engagée contre le Président Trump, l’a au contraire beaucoup  plus servi, et il s’en est sorti sans laisser de plumes, mais beaucoup plus fort .

La désignation des candidats, devant participer a la course Présidentielle est sous-tendue par divers facteurs, liés au poids de l’establishment, au lobbying dans chaque parti, des think tanks, du monde de la finance, des industriels et du poids du complexe militaro industriel .

Le Lobby juif , aux États Unis , qui semble invisible, dans ce processus électoral, reste en dernier lieu, celui qui fait et défait les Présidents, dans ce pays.

Personne , sur les plateaux de Télévision, en France ou ailleurs , ne tente de défier le poids de cette institution sioniste qui finance, à bras le corps, le candidat qui protégera l’entité sioniste et soutiendra sa cause.

Le système politique Américain est d’une grande stabilité. Il est régi par la constitution de 1787.

L’article II, section I de la Constitution précise les modalités de l’élection Présidentielle, mais ne dit rien de la manière dont les partis doivent choisir leur candidat.

Les partis ne s’engagent à soutenir un candidat qu’une fois le processus de sélection, en leur sein, est achevé.

Les partis choisissent celui ou celle qui sera en mesure de susciter le maximum mobilisation et qui donnera le plus de chance au parti , de remporter les Présidentielles.

La course officielle à l’investiture est ponctuée par  des élections primaires qui se déroulent, État après État, et qui permettent de désigner, en fonction des résultats, des candidats, les délégués qui leur apporteront leur voix lors de la convention de l’été où le parti choisira officiellement son candidat.

Dans ce processus  long et complexe, le poids de l’argent est déterminant, dans la chance de chaque candidat, devant monter sur le podium final, comme candidat du parti .

Le futur Président des États Unis aura un lourd passif à prendre en charge. une Amérique qui croule sous le poids de la dette, la pauvreté qui s’étend et qui prend de l’ampleur , le Covid qui risque de fermer des milliers d’entreprises et de jeter au chômage des millions d’Américains, la nouvelle doctrine de sécurité et de défense de l’Amérique , devant se traduire par des choix stratégiques, sur l’avenir de l’Amérique , en tant que puissance mondiale, la paix dans le monde et au Moyen Orient , l’équilibre avec la Chine et la Russie , l’Europe en tant qu’allié stratégique , autant de choix qui détermineront l’avenir de notre monde , très mal au point .

Hassen Kacimi