Israël pris en flagrant délit d’Apartheid

Israël pris en flagrant délit d’Apartheid

La pandémie de covid19 et la vaccination en cours actuellement ont démontré, si besoin l’était encore, qu’Israël pratique une politique d’apartheid sans cœur contre la population palestinienne sous son occupation militaire, au Jourdain et à Gaza. Il faut dire que du point de vue vaccination contre la covid19, l’entité sioniste se place en pole position avec un taux de 12% de sa population vaccinée en l’espace de deux semaines, estimé l’un des plus élevés au monde.

Ce taux a bénéficié d’au moins deux facteurs, le premier étant qu’Israël est un petit ‘Etat’ de par sa superficie ainsi que de sa population, le second a trait à l’approche des élections pour lesquelles le premier ministre Netanyahu tient beaucoup et il a donc mis les bouchées doubles, en étant le premier à recevoir une injection du vaccin Pfizer-BioNTech, en direct à la télévision.

Mais si l’entité sioniste est en train d’immuniser sa population ‘juive’ à un rythme soutenu, les palestiniens du Jourdain et de Gaza qui sont sous leur domination militaire sont exclus de cette opération.

Ils sont en effet quelques cinq millions de palestiniens à y vivre et qui sont interdits de tout, même d’une couverture médicale efficiente, l’Autorité Palestinienne n’ayant aucun pouvoir pour acquérir le matériel ou les traitements nécessaires, sans parler du côté financement qui lui fait cruellement défaut, à cause du blocus que lui fait subir l’entité sioniste et le contrôle absolu de tout ce qui peut entrer dans ces deux territoires.

Même le programme COVAX de l’OMS destiné à faire bénéficier les pays les plus pauvres du vaccin contre la covid19 prendra trop de temps à être mis en place, d’autant plus que les vaccins qui lui sont destinés n’ont pas encore reçu l’approbation d’utilisation d’urgence de la part de l’OMS.

Pour se soustraire à ses obligations envers la population civile qui est sous sa domination militaire, Israël déclare qu’elle n’a pas encore reçu de demande de la part de l’Autorité Palestinienne pour l’aider à se procurer le vaccin contre la covid19, feignant d’oublier que l’article 56 de la Convention de Genève fait obligation à l’occupant ‘d’adopter et d’appliquer les mesures prophylactiques et préventives nécessaires pour combattre la propagation des maladies contagieuses et les épidémies’.

C’est-à-dire que l’entité sioniste a le devoir légal d’acquérir les quantités suffisantes de vaccins pour en faire bénéficier les palestiniens vivants sous son occupation, en plus du fait que le vaccin doit être le même que celui validé par ses services de santé pour sa propre population.

Mais la duplicité d’Israël n’a pas de pareille à travers l’histoire puisque, non seulement les palestiniens sont interdits de vaccins mais l’occupant sioniste a fait actionner sa machine de propagande pour faire croire qu’il collabore avec l’Autorité Palestinienne pour lui permettre de transporter vers Gaza quelques fournitures médicales fournies par des organisations internationales.

Pourtant, c’est à l’entité sioniste qu’incombe la responsabilité légale et morale de fournir elle-même ces équipements et traitements, en ‘vertu du droit international en sa qualité de puissance occupante’.

Tahar Mansour