Investissement agricole : intégrer la finance islamique et le leasing

Investissement agricole : intégrer la finance islamique et le leasing

Pour Rabah Ould Attar vice-président de la chambre nationale d’agriculture, il est plus que jamais temps d’intégrer la formule de finance islamique pour le financement des investissements agricoles. Aujourd’hui, déplore-t-il, aucun projet n’y est inscrit». Dans sa déclaration, le même responsable, également président de la Chambre d’agriculture de Ghardaïa, précise qu’il « y avait une réflexion dans ce registre, mais aucune avancée n’est enregistrée».

Aujourd’hui, poursuit-il, «il faut une volonté et fédérer les compétences autour de ce sujet pour sortir, comme est le cas pour les véhicules et le logement, d’un financement conforme à la charia». D’autant plus, précise M. Ould Attar, «il existe, d’agriculteurs et investisseurs qui rejettent le financement traditionnel qui inclut les bonifications».

Dans le même ordre d’idées, le vice-président de la CNA explique que l’assainissement du secteur des entraves bureaucratiques liées notamment au foncier, doit servir de déclic pour mener d’autres engagements. Quant à M. Benahbilès, premier responsable de la Caisse nationale de mutualité agricole(CNMA), il propose d’intégrer le leasing pour le financement des projets agricoles. Une formule «intéressante», dit-il, qui «apportera une plus-value importante».

Maya Merzouk