Intempéries : Plusieurs quartiers d’Alger inondés après des pluies orageuses, pas de victimes

Intempéries : Plusieurs quartiers d’Alger inondés après des pluies orageuses, pas de victimes

Les pluies torrentielles qui se sont abattues ce mardi matin vers 06H20 et qui ont duré une dizaine de minutes ont complètement inondé des quartiers entiers de la capitale,  avec des rues et des routes défoncées en éventrés par endroits, impraticables aussi bien à la circulation routière qu’aux piétons.

Les avaloirs censés avaler les crues parce que bouchés par l’incivisme ambiant des citoyens et non nettoyés par les services communaux toujours aux abonnés absents, ont aidé les eaux dans leur œuvre destructrice.

En quelques minutes, c’est la désolation qui se répète incessamment malgré les avertissements incessants aussi bien des quelques associations versées dans la prévention contre ce genre de catastrophe que des directions de la protection civile et de la météo et de médias encore soucieux de sensibiliser des citoyens apparemment insouciants de tout ce qui est en rapport avec la sécurité et la quiétude collectives. Cette fois-ci, hormis des dégâts matériels habituels, des  bouchons dans le trafic routier, il n’y a pas eu de victimes humaines.

La veille, dans la soirée, la direction de la protection civile d’Alger avait rendu public un communiqué alertant sur  les faits et gestes à respecter en rappelant les prévisions météorologiques annonçant des fortes pluies, parfois sous forme d’orages, sur plusieurs régions du pays pour aujourd’hui mardi et demain mercredi. Par conséquent, elle a appelé tous les citoyens à « relever le niveau de prudence », pour « éviter les victimes d’inondations ou de pluies torrentielles ».

Parmi ces recommandations, le nettoyage des avaloirs, le ramassage des déchets de matériaux de construction abandonnés dans la rue, ne pas circuler en voiture ou à pied, dans les torrents d’eau, ne pas s’abriter sous les tunnels, ponts et autres trémies, s’éloigner  des oueds, des étangs et des barrages.

Dans la capitale, comme dans d’autres wilayas et hormis quelques voitures vides  envahies par les eaux, et des bouchons dans le trafic routier, il n’y a pas eu de victimes, à l’heure où ce compte rendu est rédigé, selon la Protection civile. Reste à présent le déblayage des déchets charriés par les eaux et amoncelés  anarchiquement dans les rues. Chaque année, ce sont les mêmes tristes constats  qui sont établis, mais « Pour qui lis-tu tes psaumes, David ? »

Abbes M.