Importation de véhicules neufs : mais où est passée la liste des agréments ?

Importation de véhicules neufs: mais où est passée la liste des agréments ?

Le ministre de l’Industrie, Ferhat Ait Ali Braham a annoncé en grande pompe il y a une semaine, que son département allait dévoiler, aujourd’hui, la liste des premiers agréments provisoires qui seront délivrés aux concessionnaires pour l’importation de véhicules neufs en Algérie. Mais à la grande déception d’une grande partie d’Algérien, cette fameuse liste ne sera pas finalement dévoilée.

Pourtant et selon l’article 3 du JO n°49  du 19 Aout 2020: «  L’activité d’importation de véhicules neufs, en vue de leur revente en l’état, est ouverte aux concessionnaires constitués sous la forme de sociétés commerciales, conformément à la législation en vigueur, et titulaires d’un agrément définitif délivré par le ministre chargé de l’industrie. Cette activité est réservée aux sociétés commerciales dont le capital social est détenu entièrement par les opérateurs nationaux résidents. L’importation de véhicules est soumise au régime des quotas, par marque de véhicules, dans le respect des critères de transparence »

Pour étayer ses arguments, Ferhat Ait Ali Braham, qui devient indubitablement le ministre le plus détesté de tous les algériens, suite à ses décisions impopulaires, le ministre a fait savoir dans une déclaration à la Radio nationale, que le marché les voitures n’était pas une priorité pour le gouvernement.

« Le marché les voitures n’est pas une priorité pour le gouvernement, d’autant plus que c’est l’industrie automobile qui constitue la priorité. On se focalise sur l’établissement d’une industrie en le matière », a-t-il argué.

En outre, c’est avec beaucoup d’impatience qu’une partie d’Algérien attendent l’entrée en vigueur de l’article 110 de la loi de finance 2020 afin de pouvoir enfin importer des véhicules d’occasion de moins de trois ans, mais selon un communiqué de la Direction Générale des Douanes, les modalités d’application de l’article ne sont pas encore fixées, donc pas d’importation possible pour l’instant.

Pour rappel, l’article 110 de la loi de finance 2020 stipule que les citoyens pourront importer des véhicules touristiques d’occasion une fois tous les trois ans, équipés d’un moteur à essence, de moins de trois ans, à leurs propres frais, moyennant paiement des droits et taxes légales et dans le respect des normes de protection de l’environnement.

Devant cette situation peu reluisante, les prix des voitures neuves et d’occasion continuent de flamber.

L’offre automobile connaît une régression importante face à la forte demande sur le marché. La hausse des prix de certaines voitures d’occasion ont augmenté de 10 millions de centimes, voire 20 à 30 millions de centimes en l’espace de quelques semaines.

Du coup, plus de quatre mois après le dépôt des 180 dossiers d’agrément et plus de cinq mois après la publication des deux nouveaux cahiers des charges y afférents, rien ne dit que le ministère de l’Industrie sera au rendez-vous.

Une chose est sûre, le traitement des dossiers liés à l’activité du secteur automobile prendra encore du temps, et tout porte à croire que 2021 sera aussi morose que l’année passée.

Yahia Maouchi