Il sera plébiscité, ce soir, président de la FAF : l’ère Charaf- Eddine Amara commence !

Il sera plébiscité, ce soir, président de la FAF : l’ère Charaf- Eddine Amara commence !

L’Assemblée générale élective aura lieu ce soir du jeudi 15 avril à l’Hôtel Sheraton d’Alger. Une Assemblée tant attendue pour élire le successeur de Kheireddine Zetchi au poste de président de la Fédération algérienne de football.

Unique candidat avec un liste de 12 membres pour le Bureau fédéral et cinq suppléants, Charaf -Eddine- Amara, président du Groupe Madar et de la SSPA /CRB   sera  inévitablement plébiscité  pour un nouveau mandat olympique par les membres de l’Assemblée générale.

Se voulant très pragmatique et  fervent partisan de la transparence, Charaf Eddine Amara a animé jeudi une conférence de presse où il a présenté  le programme de travail et les perspectives qu’il entrevoit pour la fédération.

Ainsi,  le seul candidat au poste suprême de la FAF, Charaf Eddine Amara a énuméré ses priorités par rapport au mandat qu’il briguera dès ce soir. Auparavant, dans un lettre adressée aux membres de l’Assemblée générale le futur président de la FAF avait  énuméré ses priorités une fois élu, et qui se résument en trois mots : réforme, modernisation et performance avec la précision  que sa première priorité, comme il a tenu à le préciser, est la refonte du cadre juridique de l’activité du sport-roi.

Il compte aussi développer les infrastructures sportives et insiste sur la formation de tous les acteurs du football. Il espère aussi maintenir une bonne relation avec les pouvoirs publics, mais aussi les partenaires économiques et médiatiques. La restructuration «totale» de la commission fédérale d’arbitrage ainsi que la lutte contre le dopage seront ses autres priorités. Il espère aussi la création d’un centre d’excellence, spécialisé en médecine ainsi qu’un cercle national du footballeur.

En manager accompli pour avoir fait du Groupe Madar une entité économique très prospère et du CRBelouizdad un club qui impose le respect dans le championnat national et en compétition africaine Charaf- Eddine Amara  a ses propres idées managériale pour faire de la FAF le réceptacle des données footballistiques du pays et l’institution gérante du football algérien. Surtout que des échéances capitales attendent les Verts que ce soit en Afrique avec la CAN devant avoir lieu au Cameroun et le Mondial du Qatar. C’est dire le poids de la mission qui attend Charaf- Eddine Amara.

Donc sans surprise, le futur président de la FAF sera Charaf Eddine Amara, lequel par voie de conséquence ne sera plus le président officiel du CR Belouizdad. Les travaux de l’assemblée générale de FAF débuteront par la désignation du bureau de session pour le suivi des travaux, puis l’élection du bureau de vote.

L’unique candidat Charaf Eddine Amara présente ensuite son programme à l’AG avant de procéder au vote à bulletins secrets. Face aux journalistes qui l’interrogéaient les premiers actes de gestion une fois élu à ce poste stratégique de président de la FAF ,  Charaf Eddine Amara, a  affirmé vouloir défaire la réforme du système de compétition mise en place l’an passé par Kheireddine Zetchi, tout comme il ose imaginer jusqu’à la disparition totale du professionnalisme, sans pour autant envisager un retrait des sociétés publiques qui financent à fonds perdus certains clubs du championnat.

Juriste et gestionnaire de double formation universitaire de haut niveau, en Algérie et en France, ce manager parfaitement anglophone arrive donc, dans ce contexte spécifique, à la tête de la FAF qu’il compte, avec l’aide des membres du BF, à projeter vers le standing qui lui sied, et à lui donner l’image gagnante de la sélection nationale qui en peu de temps a su planer sur le football africain.

Il est utile de signaler qu’auparavant, plusieurs personnalités sportives avaient annoncé leur intention de briguer le poste de président, à l’image de Kerbadj, Antar Yahia, El Moro, Walid Sadi, mais ont fait marche arrière au moment de vérité.

Ferhat Zafane