Haut-Karabakh : L’Arménie et l’Azerbaïdjan signent un cessez-le-feu

Haut-Karabakh : L’Arménie et l’Azerbaïdjan signent un cessez-le-feu

L’Azerbaïdjan et l’Arménie ont signé, dans la nuit de lundi à mardi 10 novembre, sous l’égide de la Russie, un accord de fin des hostilités dans le conflit du Haut-Karabakh, qui consacre des victoires militaires azerbaïdjanaises après six semaines de combats meurtriers.

« Le 9 novembre, le président de l’Azerbaïdjan [Ilham] Aliev, le Premier ministre de l’Arménie [Nikol] Pachinian et le président de la fédération de Russie ont signé une déclaration annonçant un cessez-le-feu total et la fin de toutes les actions militaires dans la zone du conflit», a annoncé le président russe Vladimir Poutine, dans la nuit de lundi à mardi aux médias. Selon lui, les belligérants gardent, au terme de l’accord, qui est entré en vigueur à 21 heures GMT lundi, «les positions qu’ils occupent».

La Russie est en train de déployer près de 2 000 soldats de la paix pour assurer le respect du texte. Cet accord prévoit notamment que l’Azerbaïdjan reprenne le contrôle de plusieurs districts qui lui échappaient. Un corridor terrestre sera maintenu entre les territoires encore sous contrôle séparatiste et l’Arménie.

Le président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, s’est félicité d’une «capitulation» de l’Arménie. «J’avais dit qu’on chasserait [les Arméniens] de nos terres comme des chiens, et nous l’avons fait», a-t-il dit, traitant aussi le Premier ministre arménien de «lâche» pour ne pas avoir signé la déclaration commune devant des caméras. Dans un communiqué posté sur sa page Facebook, le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, a indiqué que sa décision avait été «incroyablement douloureuse pour moi et pour notre peuple».

Peu après la signature, une foule de milliers de manifestants en colère s’est rassemblée aux abords du siège du gouvernement arménien, des centaines d’entre eux pénétrant dans les locaux, brisant des vitres et saccageant des bureaux, notamment une salle de Conseil des ministres, selon un journaliste de l’AFP présent sur place. Le siège du Parlement a subi le même sort. «Nikol est un traître», ont notamment scandé les manifestants.

Depuis la fin septembre, les affrontements les plus sanglants depuis près de trente ans opposaient séparatistes arméniens du Karabakh et armée azerbaïdjanaise

A.O