France : deux femmes voilées, d’origine algérienne, poignardées sous la tour Eiffel

France : deux femmes voilées, d’origine algérienne, poignardées sous la tour Eiffel

A cause d’un chien non attaché. Deux femmes voilées, d’origine algériennes, ont été poignardées dans la soirée de dimanche sous la tour Eiffel, en plein cœur de Paris. Des insultes racistes ont été proférées à leur encontre.

Kenza et Amel, deux cousines qui se promenaient en famille, ont été agressées à l’arme blanche en présence de leurs enfants. « Une enquête a été ouverte du chef de tentative d’homicide volontaire par le parquet de Paris dimanche 18 octobre », indique le quotidien Le Monde.

Et d’ajouter, « deux personnes sont actuellement en garde à vue au commissariat du 7e arrondissement, chargé des investigations. »

Tout a commencé lorsque les deux cousines se sont querellées avec deux jeunes femmes propriétaires d’un chien non attaché qui faisait peur à leurs enfants. Le ton est très vite monté en raison du refus des deux suspectes de le mettre en laisse. C’est à ce moment que l’une des  deux victimes a reçu un coup de couteau.

Toutefois, selon une source policière citée par Le Monde, aucune piste ne permet d’identifier le caractère « islamophobe » de cette agression. « C’est une agression fâcheuse et lamentable à propos d’un chien, mais il n’y a aucune dimension religieuse qui nous remonte », a-t-elle précisé.

Les deux victimes ont été prises en charge par les pompiers et transportées à l’hôpital. « Amel, a reçu de multiples coups de couteau et a dû être opérée de la main. Elle a été placée en arrêt de travail pour deux mois. La seconde, Kenza, a reçu six coups d’arme blanche et subi une perforation du poumon. Ses jours ne sont pas en danger », a détaillé Le Monde

Nacereddine Benkharef