France : des étrangers dont un Algérien, accusés de radicalisation, expulsés

France : des étrangers dont un Algérien, accusés de radicalisation, expulsés

Depuis la fin septembre, les autorités françaises ont expulsé quatorze étrangers en situation irrégulière, dont un Algérien, pour « radicalisation », indique ce vendredi l’AFP qui cite une déclaration de Gérald Darmanin, ministre français de l’Intérieur, sur RTL.

« Depuis un mois, j’ai fait procéder à 14 expulsions », a-t-il affirmé au lendemain de l’attaque mortelle au couteau qui a fait trois morts dans la basilique Notre-Dame-de-l’Assomption de Nice.

Inscrites au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), ces personnes sont issues de plusieurs nationalités.

« Quatre d’entre elles étaient de nationalité tunisienne, les autres étaient Russe, Algérien, Irakien, Géorgien, Bangladais ou encore Marocain, a expliqué son entourage », précise l’AFP.

Gérald Darmanin a affirmé, au cours de ce mois d’octobre, que la France comptait sur son territoire 231 étrangers clandestins suivis pour radicalisation. « Parmi eux, 180 étaient incarcérés ».

Au total, 851 étrangers en situation irrégulière étaient inscrits au FSPRT.

Skander Boutaiba