Filière viandes rouges : comment valoriser la production nationale

In a Slaughterhouse
Filière viandes rouges : comment valoriser la production nationale
Abdelhamid Hemdani, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, a présidé  jeudi 08 octobre 2020, une réunion de travail consacrée à la filière viandes rouges, au cours de laquelle plusieurs questions ont été abordées pour développer et valoriser la production nationale de viande et activer les mécanismes nécessaires pour approvisionner le marché national et limiter les importations de viande fraîche et surgelée de l’étranger.
Cette réunion a regroupé autour du ministre des cadres du Ministère de l’Agriculture, ceux du Commerce, des représentants de la Fédération Nationale des Éleveurs, du Conseil interprofessionnel de la filière  Viandes Rouge, des responsables du complexe Agro-Logistique et de ses antennes, ainsi que les directeurs des instituts techniques concernés.
Il faut savoir que cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la feuille de route sectorielle, ainsi que des instructions du Président de la République visant à développer la production nationale, à réduire les dépenses publiques et à limiter l’importation des produits disponibles sur le marché national.
Parmi les dossiers les plus importants abordés lors de cette séance de travail figurent l’activation des abattoirs  localisés dans les hauts plateaux (Djelfa, Ain Melilla et Al-Bayadh) afin de valoriser le produit animal local et ainsi permettre à ces abattoirs modernes de retrouver leur activité et de créer de la valeur ajoutée pour l’économie nationale.
Après avoir écouté les propositions et préoccupations des différents acteurs, le ministre a donné des instructions strictes pour préparer, dans les plus brefs délais un système cohérent et intégré, sous forme de la  triptyque (professionnels, abattoirs, et producteurs de matières premières) pour approvisionner le marché et relancer l’activité de ces installations.
Le ministre s’est également engagé à étudier les préoccupations soulevées par les intervenants et à les porter, le cas échéant, aux autorités compétentes pour trouver des solutions appropriées et commencer le plus tôt possible l’activation de ces installations.
Par Rabah Kourougli