Feux de forêts à Tipasa : l’hypothèse d’un acte criminel « n’est pas écartée »

Feux de forêts à Tipasa : l’hypothèse d’un acte criminel « n’est pas écartée », selon le Premier ministre

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a affirmé samedi, des hauteurs des monts Gouraya à l’ouest de la wilaya de Tipasa que l’hypothèse d’un acte criminel n’était pas écartée concernant les incendies déclarés vendredi dans les forêts de la région faisant deux morts.

Dans une déclaration à la presse après s’être enquis de la situation sur place, le Premier ministre a fait part de «sa décision de faire en personne le constat» de la situation dans la wilaya, annonçant l’ouverture «d’une enquête minutieuse» pour déterminer les circonstances de ces incendies, ayant provoqué une asphyxie chez plusieurs citoyens, en plus des dégâts matériels importants.

Le Premier ministre  est revenu également sur «l’indemnisation des agriculteurs sinistrés» par ces incendies, appelant les citoyens «à se mobiliser dans des campagnes de sensibilisation pour faire face à toute tentative de porter atteinte à leurs biens ».

Le Premier ministre a souligné, en outre, que les incendies qui atteignent désormais le tissu urbain et les zones habitées « sont un phénomène nouveau et représentent un danger pour la vie des individus», exprimant sa profonde affliction suite au décès de deux individus, et sa solidarité avec leurs familles.

Abdelaziz Djerad s’est rendu par la suite aux domiciles des deux victimes de ces feux de forêts pour présenter les condoléances du Gouvernement aux membres des deux familles, et s’est engagé «à infliger les sanctions les plus sévères aux criminels, s’il s’avère que ces feux sont des actes criminels visant à porter atteinte au pays et aux citoyens». Le Gouvernement est «omniprésent» et «assumera toutes ses responsabilités pour faire face à ces crimes», a-t-il souligné.

Dans un post publié sur sa page Facebook, Abdelaziz Djerad avait insisté qu’«il n’y aura aucune tolérance vis-à-vis des ennemis de la vie et des détracteurs du pays», si jamais les enquêtes révèlent que les feux de forêts déclenchés à travers plusieurs régions du pays lors des dernières 24 heures sont des actes «prémédités».

«Ensemble, la main dans la main, nous recouvrerons les forêts… Aucune tolérance vis-à-vis des ennemis de la vie…Les forêts sont un capital économique et environnemental pour tous les Algériens que nous ne sommes pas prêts à céder», a écrit le Premier ministre dans son message.

M.M.H