FAF : Le bureau fédéral dénonce les agissements de Mellal et …menace

 FAF : Le bureau fédéral dénonce les agissements de Mellal et …menace

 

C’est un communiqué chargé de menaces que vient  de rendre le bureau fédéral de la FAF à l’encontre du président de la JSK, Cherif Mellal, dans lequel il    dénonce énergiquement le comportement et les attaques verbales de ce dernier  qui « ne rate aucune occasion pour dénigrer ses membres et défier toutes les instances du football et même les autorités publiques », est-il souligné dans ce communiqué.

Aussi, selon le même communiqué « Ne se contentant pas de décider unilatéralement d’entamer les entraînements de son équipe, faisant fi des décisions de l’Etat algérien qui a prorogé la date de confinement au 30 septembre 2020 et de l’interdiction de regroupements et encore moins d’entamer les entraînements en raison de la fermeture des infrastructures sportives depuis le mois de mars 2020, ce dirigeant n’a cessé d’avoir une attitude provocatrice et insultante.

Le BF rappelle que toutes ces dérives ne resteront pas impunies puisqu’un examen minutieux sera fait des déclarations de ce dirigeant et que la FAF est dans son bon droit de recourir aux juridictions compétentes pour défendre son honorabilité.

De plus, le BF fait appel aux autorités publiques pour mettre fin aux agissements de ce genre de dirigeant qui entretient la polémique et la division au sein de la famille du football national.

Le Bureau Fédéral reste respectueux des règles et usages, et surtout de tous les clubs sans distinction, chose que le dirigeant suspendu de ce grand patrimoine qu’est la JSK ne semble pas adopter vis-à-vis des formations toujours en lice en Coupe d’Algérie, une épreuve qui a été finalement annulée par le Bureau Fédéral lors de sa session d’aujourd’hui.

La JSK, tout comme les autres clubs algériens, jouit du respect et de l’accompagnement de la FAF, et ce dans le cadre des lois de la république, des relations basées sur la cordialité et du fair-play que véhiculent les vertus du sport.

Un bras de fer est engagé entre les deux parties…

 Yanis Younsi