Explosions à Beyrouth : un jour de deuil national décrété, une réunion d’urgence du Conseil de la Défense convoquée

Explosions à Beyrouth : un jour de deuil national décrété, une réunion d’urgence du Conseil de la Défense convoquée

Le président libanais, Michel Aoun, a convoqué une «réunion urgente» du Conseil supérieur de la défense, ont annoncé ses services, a la suite des explosions qui ont secoué la capitale libanaise Beyrouth, ce matin.

Les déflagrations entendues dans toutes les parties de la capitale, ont fait de 37 morts et de nombreux blessés,  mais aucun bilan définitif et précis n’a encore été donné par les autorités libanaises.

Le Secrétaire général du parti les Phalanges libanaises Nizar Najarian a été tué par l’explosion de Beyrouth selon l’Agence Nationale de l’Information qui dépend du Ministère de l’Information de la République Libanaise.

Le parti Kataeb « pleure Nizar Najarian décédé à la suite d’une blessure provoquée par l’explosion du port de Beyrouth», a posté sur Twitter le chef de file du parti Samy Gemayel. Un jour de deuil national est décrété.

D’importantes destructions se sont produites à Beyrouth, dont le port a été le théâtre de ces deux puissantes déflagrations d’origine non identifiée survenues dans une zone où des matières explosives étaient entreposées, selon les médias locaux. Les images publiées par les chaînes de télévision du monde entier, témoignaient de la violence des explosions et des destructions qu’elles ont engendrées.

Le chef de la Sûreté générale du Liban, Abbas Ibrahim, a indiqué  que « l’explosion avait eu lieu dans une zone du port dans laquelle des matières explosives étaient entreposées «depuis des années».  Selon lui, « il semble qu’il y ait un entrepôt contenant des matières confisquées depuis des années, et il semblerait qu’il s’agissait de matières très explosives ».

Un porte-parole de la diplomatie américaine a déclaré que les Etats-Unis « suivaient de près la situation au Liban et étaient prêts à offrir toute assistance possible au pays », ajoutant  que les Etats-Unis « n’avaient pas d’informations supplémentaires sur la cause de l’explosion et travaillaient avec les autorités locales pour déterminer si des citoyens américains ont été touchés par l’explosion ».

Un responsable israélien a affirmé sous le sceau de l’anonymat à une agence de presse européenne qu’ «Israël n’a rien à voir avec l’incident». Le ministre des Affaires étrangères israélien Gabi Ashkenazi, a quant à lui, déclaré que « l’explosion était probablement due à un incendie accidentel ».

Ad.M