Exclusif/Me Saad Arous, sénateur du tiers présidentiel : « La société civile doit apporter sa contribution dans la lutte contre le phénomène d’enlèvement »

 

Exclusif/Me Saad Arous, sénateur du tiers présidentiel : « La société civile doit apporter sa contribution dans la lutte contre le phénomène d’enlèvement »

 

Me Saad Arous qui a été installé, rappelons-le, le 15 juin par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, en tant que membre du Conseil de la nation au titre du tiers présidentiel, a estimé que le contenu du projet de loi relatif à la lutte contre les crimes d’enlèvement est très intéressant pour palier à ce phénomène qui ne cesse de prendre des proportions alarmantes.

« La société civile doit apporter sa contribution dans la lutte contre le phénomène d’enlèvement d’enfants en Algérie.

C’est un phénomène de civilisation, une civilisation qui évolue dans ce sens, pour ma part, je ne pense pas qu’elle a évolué dans le bon sens. Il faut réviser un peu notre position et notre culture, notre éducation et notre enseignement.

Il y a 50 ans, on n’avait pas ce phénomène qui surgit, aujourd’hui, un peu partout, et qui reprend malheureusement de plus belle en Algérie. Peut-être que nous essayons tellement de ressembler à autre chose qui n’est pas notre identité.

Il faut se réviser et se revoir, et malheureusement notre société algérienne est composée de différentes civilisations au sein de la même société. Pour redresser la situation, il faut réactiver le rôle de l’école, de la mosquée, et des parents.

C’est primordial d’essayer de redresser la situation. Nous sommes obligés de travailler sur des générations, et il faut commencer par la nouvelle et essayer de sauver ce qui reste à sauver » a décortiqué  le sénateur Saad Arous dans cette déclaration exclusive à notre site.

Insistant sur l’impératif de ne pas justifier les crimes d’enlèvement par des facteurs socio-économiques, le même sénateur a fait savoir que le fléau de la drogue est à l’origine de ce crime étranger à notre communauté.

Il est à rappeler enfin que la séance consacrée au vote du projet de loi relatif à la lutte contre les crimes d’enlèvement, est prévue demain 26 novembre dans la matinée.

Yahia Maouchi