Exclusif/Dr Lotfi Benbahmed, à La Patrie News : «L’Algérie n’a jamais manqué de rien dans son combat contre le coronavirus »

 Exclusif/Dr Lotfi Benbahmed, à La Patrie News : «L’Algérie n’a jamais manqué de rien dans son combat contre le coronavirus »

Dans l’entretien exclusif qu’il nous accordé ce samedi, le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed, s’est exprimé sans fards et à cœur ouvert.

Pour lui, par exemple « l’Algérie, et contrairement à d’autre pays, n’a jamais manqué de rien dans sa lutte contre cette pandémie de coronavirus ».

« Si, en matière d’usage de masques, la demande serait peine satisfaite si tous les Algériens respectaient la nécessité d’en porter, il n’en demeure pas moins que le pays en produit bien plus qu’il ne lui en faut ».

Si bien, nous explique encore notre interlocuteur, qu’il a même été envisagé, un moment d’en exporter, mais l’idée a fini par être abandonnée à partir du moment où ce produit est désormais considéré comme « stratégique ».

L’Algérie en produit quotidiennement jusqu’à 190.000, et peut doper très largement ce chiffre si le besoin s’en fait sentir un jour Il en va de même pour le gel hydro-alcoolique « produit en quantités suffisantes aussi bien par Saïdal que par plusieurs opérateurs privés.

Quant à l’oxygène, fourni par quatre grandes sociétés, « il a toujours existé en volume suffisant. Le problème s’est, en revanche posé pour son stockage ». Il a, en somme, été d’ordre « logistique ».

Dans ce sens,  nous annonce le ministre en exclusivité, qu’il est question de revoir les conventions contractuelles avec les fournisseurs. Comme pour l’électricité qui, en effet, doit arriver jusqu’au compteur, il faudra désormais veiller à ce que l’oxygène soit amené par le fournisseur jusqu’au lit du malade.

Quant aux réactifs liés aux tests PCR, il nous est indiqué que le secteur public n’en a jamais manqué.  Les acteurs privés, la plupart d’entre eux du moins, manquent tellement de moyens qu’ils se munissent le plus souvent de stocks insuffisants pour satisfaire la demande.

Quant à ce ministère, où officient de jeunes et compétents cadres, les autorisations sont systématiquement délivrées dès qu’il s’agit de coronavirus. Si bien qu’il « n’existe aucune demande en instance au niveau de ce ministère ».

« Ceux qui osent soutenir le contraire, tranche-t-il fermement doivent savoir qu’ils ont des choses à ses reprocher.  Et d’annoncer qu’une réunion de coordination est prévue avec ces opérateurs afin de les amener à s’entendre sur des tarifs raisonnables s’agissant des tests PCR. Quant aux médicaments, à l’image de la Chloroquine, qui a donné lieu, selon lui à des résultats probants, ainsi que certains antibiotiques puissants, l’Algérie en a toujours possédés en stocks suffisants. Si des manques, ou ruptures de stocks sont signalés ici et là, c’est à cause de certains actes spéculatifs et isolés.

Il n’en demeure pas moins, prophétise ce spécialiste de la santé et des médicaments, que l’Algérie, ainsi que toute la planète, devront vivre au rythme des confinements et déconfinements, en attendant qu’un remède efficace soit enfin trouvé.

Mohamed Abdoun