Exclusif / Dr Bekkat Berkani : « l’Algérie se prépare à des mesures de déconfinement supplémentaires »

Exclusif / Dr Bekkat Berkani : «  l’Algérie se prépare à des mesures de déconfinement supplémentaires »

 

Pondéré et visiblement très satisfait de la situation épidémiologique qui prévaut en Algérie ,le Dr Bekkat-Berkani, membre  du  Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus, présidé par le ministre de la Santé, confirme dans l’entretien qu’il a bien voulu nous accorder que : « les  données  actuelles nous  laissent  augurer  des  mesures  de  déconfinement supplémentaires”, a-t-il précisé.

Pour ce faire, l’on apprend que les  membres  du  Comité d’experts devront se réunir avec le gouvernement dans les jours à venir pour adapter la stratégie au niveau actuel de la crise sanitaire.  Pour le Dr Berkani, « la situation épidémiologique en Algérie peut être qualifiée de  bonne », et ce en raison des de ce que montrent les chiffres depuis plusieurs jours, précise-t-il mais insiste pour ajouter : «  Le  virus circule encore.

Il  faut  apprendre  à  vivre  avec”, nous  déclare-t-il.  Le  nombre  de nouveaux cas est en baisse (la proportion des contaminations en 24 heures passe sous la barre des 200 cas), les formes graves sont en régression et les hôpitaux ne sont plus sous pression. “Ces  données  nous  laissent  augurer  des  mesures  de  déconfinement supplémentaires”, présage  notre  interlocuteur. Les  membres  du  Comité d’experts devront se réunir avec le gouvernement dans les jours à venir pour adapter la stratégie au niveau actuel de la crise sanitaire. “Si  l’avis  du  Comité  scientifique  doit  prévaloir, la  décision  revient  au gouvernement.

La gestion modèle de l’épidémie nous a donné un avantage qu’il ne faudrait pas perdre par des décisions intempestives”, recommande le Dr  Bekkat Berkani,  soutenant  qu’un  retour  à  des  activités  sociales  et économiques normales est désormais possible. “Grâce aux mesures de confinement et de déconfinement progressif, couplées à  une  prise de conscience de  la population  sur  le risque épidémique, nous avons obtenu des résultats  appréciables.  Il  faut  les  préserver”, nuance-t-il dans  un  exercice  d’équilibrisme  entre l’euphorie et la circonspection.

Prudence, prudence

Si le Dr Berkani affiche un intérêt pour la réouverture des écoles, avec bien entendu un protocole sanitaire spécifique, il nourrit, en revanche une certaine réticence à l’endroit de la réouverture des frontières de manière anarchique. Se voulant plus explicite, Dr Berkani rappelle que : «  le virus a été introduit par deux personnes arrivées de l’étranger. Actuellement, l’Algérie est entourée de pays qui connaissent une flambée  des  cas  de  contamination. Nous  ne  concevons  pas  de  perdre l’avantage que nous avons sur l’épidémie par des gestes inconsidérés.

C’est pourquoi à ce sujet, il souligne la nécessité de se donner un temps de réflexion. Des pays comme l’Espagne, le Maroc et  la France,  ou la présent des Algériens est considérable,  sont sérieusement confrontés à la menace d’une deuxième vague.  Il préconise, en conséquence, la prudence, afin d’éviter un retour forcé vers le confinement.

 « Le vaccin anti-covid 19 sera disponible au premier trimestre 2021 »

Au sujet du vaccin que toute la planète attend, Dr Berkani estime qu’il sera disponible de façon généralisé au plus tard vers la fin du trimestre de l’année prochaine «  fin fevrier-debut mars », a-t-il indiqué tout en soulignant que l’Algérie qui a pour souci la santé de ses citoyens fera le maximum pour s’approvisionner dès les premiers jours de sa mise sur le marché. A ce sujet, nous avons appris que des contacts ont été entrepris par le ministère de la santé avec les laboratoires pharmaceutiques et les pays dont ils dépendent pour réserver son quota.

Propos recueillis par Ferhat ZAFANE