Exclusif/Abdelkrim Touahria : « Nous allons assister à un véritable sursaut de l’Industrie pharmaceutique en Algérie »  

Exclusif/Abdelkrim Touahria : «  Nous allons assister à un véritable sursaut de l’Industrie pharmaceutique en Algérie »  

 

Président du Conseil de l’ordre des pharmaciens et membre du comité scientifique de suivi de la pandémie du coronavirus, Dr Abdelkrim Touahria est persuadé que la nouvelle politique du Gouvernement, décidée à  booster l’industrie pharmaceutique, donnera des résultats « miraculeux ».

Consacrer un département ministériel à l’industrie pharmaceutique et nommer à sa tête  un professionnel du secteur et homme intègre et compétent, en la personne du Dr Djamel Lotfi Benbahmed, est la preuve tangible, selon Dr Touahria, que les hautes autorités du pays sont décidées à « mettre le paquet »  pour donner un souffle nouveau à l’Industrie pharmaceutique en Algérie.

Très au fait de ce qui se fait et de ce qui se prépare en Algérie  en matière d’industrie pharmaceutique, Dr Abdelkrim Touahria , a indiqué dans un entretien réservé aux lecteurs de La Patrie news que « les hautes autorités accordent une grande importance à l’industrie pharmaceutique », volet très sensible et en mesure d’assurer non seulement les besoins locaux mais également d’envisager l’exportation. Au sujet des spécialités et  des produits que la production pharmaceutique  compte en premier viser, Dr Touahria a fait savoir que :   « l’État est déterminé à booster l’industrie pharmaceutique, en particulier les matières biologiques, et à les exporter à l’étranger en raison du potentiel existant ».

Voulant cerner cette détermination des autorités publiques à donner un véritable coup de fouet à l’industrie pharmaceutique, Dr Touahria a indiqué que «  l’État s’efforcera d’importer  uniquement les produits pharmaceutiques manquants et les matériaux complémentaires pour l’industrie pharmaceutique », soulignant que « l’importation de médicaments fabriqués localement est interdite, ajoutant dans le même contexte que l’industrie pharmaceutique représente 60% des besoins nationaux.

Pour le porte-parole du conseil de l’Ordre des pharmaciens d’Algérie, l’arrivée du ministre Djamel Benbahmed, à la tête du ministère de l’Industrie pharmaceutique est « annonciateur d’un avenir radieux concernant le secteur », a-t- il ajouté  avant de préciser le rôle de l’institution qu’il préside « le conseil a soumis des propositions pour promouvoir le secteur de la santé et l’industrie pharmaceutique, dans le sens de mettre toutes les capacités à la disposition des ministères concernés, en plus de renouveler l’agence nationale des médicaments pour s’orienter vers la recherche et le développement du secteur de la santé. Revenant sur les lacunes que connait le secteur, Abdelkrim Touahria a indiqué : « la pandémie de coronavirus a révélé plusieurs manques dans le système de santé en Algérie, similaires à la rareté des médicaments, mais la nomination d’un ministre de l’industrie pharmaceutique est un plus pour le secteur et contribuera à son développement.

 Ferhat Zafane