Entrée aux frontières européennes au 1er juillet

A la frontière entre la Slovénie, membre de l'espace Schengen, et la Croatie. Les ministres de l'Intérieur de l'Union européenne vont s'entendre vendredi pour renforcer les contrôles d'identité aux frontières extérieures de l'espace Schengen, selon un projet de conclusions dont Reuters a pu prendre connaissance. /Photo prise le 11 novembre 2015/REUTERS/Srdjan Zivulovic

Entrée aux frontières européennes au 1er juillet

Les  Algériens autorisés, les Américains exclus  de la liste

Les pays européens doivent se prononcer  aujourd’hui, samedi, sur une proposition de liste d’une quinzaine d’Etats dont les voyageurs seront admis dans l’Union européenne (UE) à partir du 1er juillet, qui autorise l’Algérie, la Tunisie et la Maroc, mais exclut les Etats-Unis, selon des sources diplomatiques européennes. La liste proposée contient quatorze pays auxquels s’ajoute la Chine, « sous condition de réciprocité ». Les voyageurs américains pourraient donc, être exclus d’entrée sur le territoire européen, du fait que leur pays est le plus touché par la pandémie de coronavirus tant en nombre de morts que de cas, avec 124.732 décès pour 2,4 millions de cas, selon un dernier bilan, a-t-on ajouté. Cette liste qui devrait être approuvée dans la journée de samedi, sera  révisée toutes les deux semaines. « Si le contrôle des frontières reste une compétence de chaque Etat, l’UE s’efforce de se coordonner le plus possible sur la question des voyageurs à autoriser sur son sol, en raison de la libre circulation qui reprend dans l’espace Schengen, avec la levée des restrictions décidées pour lutter contre le coronavirus ». La proposition européenne fixe plusieurs critères épidémiologiques pour qu’un pays soit sur la liste des admis, notamment « un taux de nouveaux cas de Covid-19 proche ou en-dessous de 16 pour 100.000 habitants (moyenne dans l’UE) sur les 14 derniers jours. Mais également une tendance à la stabilité ou à la baisse des nouveaux cas, ainsi que les mesures mises en place par un pays pour lutter contre la pandémie, dont la pratique de tests », selon ces sources.

A.M.