El Guerguarat : Le Maroc joue avec le feu !

El Guerguarat: Le Maroc joue avec le feu !

Depuis trois semaines, les regards sont braqués sur El Guerguarat, point de passage situé à l’extrême sud-ouest du Sahara Occidental occupé où des manifestants civils sahraouis viennent de bloquer la brèche de la petite localité ouverte dans le mur de sable, construit par le Maroc avec l’aide des Israéliens dans les années 1980 pour se prémunir des attaques des combattants sahraouis.

La zone d’El Guerguarat était durant les années 1990, un lieu de prédilection des contrebandiers de tout acabit et des trafiquants de drogue et de voitures volées en provenance d’Europe et écoulées en Afrique de l’ouest.

Champion de la politique du «fait accompli», Rabat a transformé la brèche en un poste frontalier d’une importance capitale pour ses exportations vers la Mauritanie et les pays de l’Afrique de l’ouest où il fourgue aux consommateurs des produits de troisième qualité.

En décidant d’y intervenir militairement ce vendredi matin, pour soi-disant « installer cordon de sécurité pour mettre un terme au blocage de la zone-tampon par une soixantaine de miliciens du Polisario », l’armée marocaine, croyait vraiment que le Polisario allait se laisser faire ?  En aucun cas. L’armée sahraouie a bel et bien « riposté » au déploiement des militaires marocains dans la zone.

« Le Maroc a mené vendredi une agression militaire dans la région d’El Guerguerat, au sud ouest du Sahara Occidental, où des Sahraouis civils manifestaient pacifiquement depuis le 21 octobre pour réclamer la fermeture définitive de la brèche illégale créée dans le mur de sable érigé par l’occupant marocain », a-t-on en confirmé auprès de sources sahraouies.

L’agression est une violation de l’accord de cessez-le-feu conclu en 1991.

L’agence sahraouie SPS a rapporté de son côté, que les forces marocaines ont ouvert trois brèches dans la région d’El Guerguerat, où ils ont mené l’agression contre les civils sahraouis.

Depuis plus de trois semaines, des Sahraouis civils (hommes et femmes) représentant notamment des associations de jeunesse, des femmes, des travailleurs, d’organisations de défense des droits de l’homme et plusieurs ONG opérant dans le domaine socioculturel, observent des sit-in à différents endroits le long du mur de sable érigé par l’occupant marocain.

Ils manifestent pour exiger notamment la fermeture définitive de la brèche illégale d’El-Guerguerat dans l’extrême sud-ouest du Sahara occidental.

Les manifestations, se veulent, selon les organisateurs, un moyen de faire face aux manœuvres et provocations marocaines et réclamer l’organisation du référendum d’autodétermination, l’objectif pour lequel a été créée la Mission des Nations unies au Sahara occidental (Minurso).

Aussi, les manifestants appellent à mettre un terme à la souffrance inacceptable du peuple sahraoui face au silence de l’ONU notamment dans les territoires occupées.

Ils exigent également le retrait immédiat des troupes marocaines des territoires sahraouis occupés et de dévoiler le sort des disparus ainsi que la libération de tous les prisonniers civils sahraouis détenus dans les geôles marocaines.

M.M.H