Edito : Front commun

Edito

Front commun

Par Mohamed Abdoun

Le président de la République, Abdelmadid Tebboune est, plus que jamais, demeuré fidèle à l’image et à l’idée que s’en sont fait les Algériens lorsqu’ils ont décidé, un certain 12 décembre de l’année écoulée, de placer leur destin entre ses mains.

Transparence et vérité, étant les maitres mots de cet homme probe et engagé, qui n’a jamais cessé de communiquer et de rassurer les citoyens sur son état de santé. Son apparition sur le site officiel de la Présidence, et son discours à la nation, ont pourfendu tous ces pêcheurs en eaux troubles, qui se nourrissent de rumeurs malsaines.

Non seulement le Président va bien, mais même, au plus fort de sa maladie, il n’a jamais eu de cesse de suivre, heure par heure, les affaires de la nation. Son message empathique le prouve. Tous les sujets d’importance sont traités et suivis avec la plus grande minutie. Si la priorité de l’heure est de doter l’Algérie d’une nouvelle loi électorale, celle-ci s’inscrit, de facto, en droite ligne du programme électoral du Président.

Il est temps, en effet, de rendre la parole au peuple, et de doter le pays d’instances élues qui représentent véritablement le citoyen algérien. C’est à ce prix, et à celui-là seul, que la démocratie cristallisera son plein sens, et que l’électeur renouera avec le chemin des urnes.

Ce choix judicieux et juste, parfaitement conforme au programme électoral du chef de l’Etat, et à son actuelle feuille de route, contribuera, à n’en point douter, à renforcer le front intérieur face aux terribles menaces qui se profilent à nos frontières.

Le message du Président, concentré, lourd de sens et de puissance, sera suivi par d’autres, plus pointus et plus détaillés, dans deux ou trois semaines, une fois qu’il sera de retour au pays, et plus apte que jamais, à faire face aux données nouvelles apparues sur le plan international, avec la scandaleuse annonce de Trump et la trahison marocaine de la noble cause palestinienne.

Sans rentrer dans les détails, l’urgence ayant été d’apparaitre, de rassurer, et de faire taire ces criminelles et condamnables rumeurs, le chef de l’Etat a lancé un message fort aux ennemis de l’Algérie. Nous sommes bien plus forts que ce que peuvent croire certains. Derrière notre président, avec son œuvre édificatrice et salvatrice, nous le sommes mille fois plus.

M.A