Djilali Mouffok n’est plus

Djilali Mouffok n’est plus

Malika Bendouda déplore la perte d’un grand scénographe

 

C’est à travers un message de condoléances publié sur la page Facebook du ministère de la culture et des arts, que l’on a appris le décès du grand scénographe Djilali Mouffok. La ministre Malika Bendouda a déploré la perte « d’un artiste talentueux qui, depuis les années, a consacré sa vie pour développer la scénographie et l’enseigner aux jeunes », ajoutant que son « histoire intemporelle avec la scène est racontée par des œuvres théâtrales de haute facture ».

Djilali Mouffok qui compte, en effet, plus de cinq décennies dans les arcanes du 4e art, était considéré comme l’un des meilleurs spécialistes de théâtre pour enfants en Algérie. Avec sa touche artistique, il donnait aux spectacles montés à Oran, Alger ou ailleurs, une profondeur qui faisait très vite mouche auprès du spectateur, surtout quand il s’agissait de spectacles pour enfants ou du théâtre de marionnettes qui était également son grand dada.

Djilali Mouffok a notamment travaillé sur « El Mouftarissoun » (les féroces) de Mourad Berboune avec Ahmed Benaissa, « Magharet el afarit » (théâtre pour enfants), « La perle », fresque historique présentée dans le cadre de la commémoration du cinquantenaire de la Révolution, «Hamma el cordonnier», écrite par Azzedine Mihoubi et mise en scène de Mohamed Adar assisté de Ramdane Tayeb…

Ces derniers mois, il était engagé sur un nouveau « chantier », une nouvelle production pour enfants du Théâtre régional Abdelkader-Alloula d’Oran, intitulée « Qitar eddounia » (Le train de la vie). Ecrite par Mansouri Bachir et mise en scène par Houari Abdelkhalek, Djilali Mouffok était encore une fois à la scénographie. La générale de ce spectacle est normalement prévue après la fin du confinement.

Lamia B.