Djerad met en avant le rôle de cette nouvelle instance

Il installe Pr. Mohamed Belhocine à la tête de la Cellule opérationnelle d’investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques

Djerad met en avant le rôle de cette nouvelle instance

La Cellule opérationnelle d’investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques, au regard de son rôle dans la lutte contre la propagation d’épidémies en Algérie « contribuera à l’avenir à consolider, évaluer et développer des stratégies de lutte contre la propagation d’épidémies dans notre pays » a relevé le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, hier mercredi 10 juin,  dans son allocution à l’occasion de l’installation du Pr. Mohamed Belhocine à la tête de cette instance.

La mise en place de cette cellule «participe de la stratégie adoptée par les pouvoirs publics pour lutter contre la propagation de la Covid-19, dans cette étape sensible de sortie progressive et organisée du confinement», a-t-il ajouté, précisant que «la feuille de route adoptée par le Gouvernement pour sortir progressivement et prudemment du confinement, est axée essentiellement sur la nécessité d’accompagner les étapes du dé confinement et la reprise progressive des activités économiques, commerciales et sociales, ainsi que sur le renforcement du système de recherche et d’investigation des épidémies, fer de lance de notre bataille contre la Covid-19».

Renforcer les moyens et des mécanismes d’enquêtes

Pour le Premier ministre, les missions dévolues à la Cellule opérationnelle d’investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques consistent en «le renforcement des moyens et mécanismes des équipes d’enquêtes épidémiologiques et la garantie d’une riposte rapide des équipes d’investigation et d’enquêtes épidémiologiques, tout en s’assurant que les enquêtes épidémiologiques sont minutieusement menées pour chaque cas et sujets contacts, dans chaque région, même si le nombre d’infections augmente, car il est absolument nécessaire d’enrayer la propagation de la pandémie, de collecter et mettre à jour les informations épidémiologiques obtenues grâce aux enquêtes épidémiologiques. Ceci afin et de les exploiter en temps réel à travers la création d’un système informatisé garantissant l’accès quotidien aux données, ce qui permet de mettre à jour quotidiennement la carte épidémiologique au niveau national».

La Cellule est également chargée «d’organiser le diagnostic et les tests des cas suspects et des sujets contacts, élargir l’enquête épidémiologique pour inclure tous les sujets en contact avec les cas confirmés, multiplier les efforts de suivi des chaînes de transmission du virus et élargir la recherche sur les personnes infectées en menant des enquêtes approfondies et proactives et organiser un dispositif bien ficelé pour soumettre tous les sujets contacts avec les cas confirmés à l’isolement».

Plus explicite, le Premier ministre, a indiqué que la cellule opérationnelle dont l’organisation sera confiée à «la cellule centrale qui siège à l’Institut national de santé publique (INSP)- et à quatre centres régionaux, en sus des services d’épidémiologie et de médecine préventive (SEMEP), bénéficiera du soutien absolu des services centraux et locaux du ministère de la Santé qui assureront aux équipes d’investigation épidémiologique les moyens humains et logistiques nécessaires à l’exercice de leur mission».

Tous les moyens seront mobilisés

L’occasion était pour le Premier ministre d’inviter le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière à «saisir cette occasion pour adapter et mettre à jour les protocoles et méthodes d’enquêtes épidémiologiques à la lumière des caractéristiques de la pandémie de la Covid-19, de manière à permettre la collecte rapide et systématique de données selon un format facile à analyser et à exploiter, pour mieux appréhender la propagation, la gravité, la progression et l’impact de la maladie et adopter les orientations, les recommandations et les contre-mesures».

«Le renforcement des opérations d’enquête et d’investigation contribuera certainement à réduire le nombre de cas de contamination, à travers l’identification des sources de contamination et la prise de mesures anticipées en se basant sur les résultats de l’enquête», a-t-il ajouté précisant qu’«il sera question de garantir des ressources financières supplémentaires que l’Etat se chargera de mettre à disposition à partir d’un budget spécial consacré à cet effet pour l’acquisition des quantités nécessaires de tests et l’élargissement du réseau national des laboratoires d’analyses à toutes le wilayas».

Pr Belhocine : une grande notoriété

S’exprimant sur l’installation de M. Belhocine, également membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, à la tête de la Cellule opérationnelle d’investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques, conformément aux instructions du président de la République, le premier ministre, Abdelaziz Djerad, a affirmé être convaincu que «la grande expérience acquise par le professeur Mohamed Belhocine dans le domaine des enquêtes épidémiologiques et la lutte contre les épidémies à travers les nombreuses responsabilités qu’il a eu à assumer dans le pays et au sein d’instances internationales spécialisées, permettra à cette Cellule d’atteindre les objectifs fixés».

Enfin, le Premier ministre, a tenu à saluer les efforts consentis pour endiguer cette pandémie, réaffirmant «le soutien des autorités publiques à tous les travailleurs du secteur de la Santé et aux cadres de l’Etat mobilisés pour gérer la crise sanitaire que connait le pays».

LIRE AUSSI:

https://www.lapatrienews.com/detenus-sahraouis-dans-les-prisons-marocaines-temoignages-terrifiants-pratiques-inhumaines/