Discours du président sahraoui à l’UA : « Il faut intervenir en toute urgence ! »

Brahim Ghali, SG du Polisario, président de la RASD.

Discours du président sahraoui à l’UA : « Il faut intervenir en toute urgence ! »

Le président de la République sahraouie, Brahim Ghali  a demandé l’UA à intervenir «en toute urgence» auprès du Maroc pour l’amener à respecter la charte constitutive de l’organisation continentale qu’il a signé et ratifié sans réserve.

Le SG du Polisario,  qui intervenait lors de la quatorzième session extraordinaire de la Conférence de l’Union africaine sous le thème «faire taire les armes : créer les conditions propices au développement de l’Afrique» a regretté, selon l’Agence Sahara presse service (SPS),  que la politique d’expansion, d’agression et d’occupation des terres d’autrui par la force militaire entrave les efforts du continent pour faire taire ses armes.

«La RASD, membre fondateur de l’Union Africaine, et face à l’extrême gravité de cette nouvelle agression marocaine, demande, de toute urgence, d’obliger notre voisin le Royaume du Maroc à adhérer pleinement aux objectifs et principes de la charte constitutive qu’il (le Maroc) a signé et ratifié, sans aucune réserve, après son adhésion à l’Union, en mettant fin  son occupation militaire illégale de certaines parties de notre sol national», a martelé le président de la République.

«C’est la voie de la justice et de la légitimité, et c’est la bonne voie qui garantit la paix et la stabilité dans cette région et contribue à la réalisation de notre objectif en créant les conditions appropriées pour parvenir à un développement global de notre cher continent», a-t-il estimé.

Le président de la République sahraouie, a condamné «vigoureusement» l’agression Royaume du Maroc contre la souveraineté nationale, son occupation militaire continue de certaines parties de notre sol national et la tentative de confisquer le droit de notre peuple à l’autodétermination et à l’indépendance, «en totale violation de la légitimité internationale, en particulier des dispositions de l’Acte constitutif de l’Union africaine et de la Charte des Nations Unies».

Si le thème de ce sommet est «Faire taire les armes : créer les conditions propices au développement de l’Afrique», s’est interrogé le président Ghali, la RASD regrette de vous informer du déclenchement d’une confrontation armée entre la RASD et le Royaume du Maroc, depuis le 13 novembre dernier, à la suite de la violation flagrante et déclarée de l’accord du cessez-le-feu.

Le Maroc s’est dérobé complètement  de ses obligations et affirme  son torpillage du processus de paix ONU/OUA et sa poursuite d’une politique d’expansion vers d’autres parties du territoire national sahraoui.

Il a en fin, appelé l’UA à assumer ses responsabilités et à intervenir pour mettre fin à cette dangereuse violation marocaine, qui «est un précédent et une menace imminente pour les pays du continent africain, devant saper le pilier fondamental de la paix, de la sécurité et de la stabilité là-bas, qui est le principe du respect des frontières existantes lors de l’accession à l’indépendance».

A.O