Diplomatie : Boukadoum évoque avec Guterres plusieurs dossiers d’actualité régionale

Diplomatie : Boukadoum évoque avec Guterres plusieurs dossiers d’actualité régionale

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum a passé en revue lundi, par visioconférence, avec le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, plusieurs questions de l’actualité régionale, notamment la situation au Sahara Occidental, en Libye et au Mali, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Sur le point du Sahara occidental, M. Boukadoum a souligné « l’urgence d’une action rapide des Nations unies et la nécessité de répondre aux aspirations légitimes du peuple sahraoui, conformément aux responsabilités de l’ONU et du mandat de la MINURSO », notamment celle relative à « la nomination d’un envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental », selon le ministre.

Sur le dossier libyen, les deux parties se sont félicitées de la signature vendredi dernier à Genève, d’un accord de cessez-le-feu définitif entre le Gouvernement d’Alliance nationale et l’Armée nationale libyenne (ANL).

Dans ce cadre, le Secrétaire Général de l’ONU a remercié l’Algérie « pour son rôle actif et son plein engagement dans la contribution au règlement définitif de cette crise et a souhaité la poursuite de l’action de l’Algérie en faveur de la Libye », a-t-on ajouté.

M. Boukadoum et M. Guterres ont également abordé les développements, au plan politique, intervenus récemment au Mali, où « une convergence des vues entre l’Algérie et l’ONU a été enregistrée, concernant la situation politique dans ce pays», a-t-on précisé.

A ce sujet, M. Guterres a remercié « fortement l’Algérie pour son attachement indéfectible à la paix au Mali et à ses efforts incessants qu’elle mène dans le cadre de l’Accord d’Alger », soulignant que cet  accord demeurait « de pleine actualité et qui constitue une référence crédible pour la reconstruction de la paix au Mali ».

Les deux parties ont convenu de « la poursuite du dialogue en faveur de la résolution des conflits dans le cadre du multilatéralisme », a-t-on conclu.

Ab. M.