Des médecins appellent à s une prise de conscience citoyenne

Lutte contre la Covid-19 à Sétif

 Des médecins appellent à s une prise de conscience citoyenne

Des médecins de la wilaya de Sétif, en première ligne dans la lutte contre le nouveau coronavirus depuis le début de la pandémie, misent sur une prise de conscience des citoyens en tant que « maillon essentiel dans la bataille menée contre la Covid-19 », à travers notamment le respect des mesures barrières.

Depuis le 16 mars dernier, date de l’apparition de cas d’infection à la Covid-19 dans la région, les médecins sont mobilisés mettant de côté leur vie personnelle. Certains n’ont pas vu leurs enfants et leur famille depuis de nombreuses semaines de peur de leur transmettre le virus.

Prêts à tous les sacrifices, ils aspirent à davantage de rigueur de la part des citoyens dans la lutte contre le nouveau coronavirus SARS-coV-2 et de prise au sérieux quant à sa dangerosité.

Beaucoup de praticiens ont exprimé ces derniers jours leurs craintes de revenir à « la case de départ » après tous les sacrifices consentis et les efforts fournis pour lutter contre la pandémie et sortir de la crise sanitaire avec le moins de pertes humaines possible notamment.

Approchés par l’APS, plusieurs médecins ont affirmé que « le citoyen est le principal allié des équipes médicales dans la lutte pour l’éradication du coronavirus », exhortant ce dernier de prendre conscience et mesurer les sacrifices consentis par les équipes médicales et paramédicales pour sauver la vie des malades et prévenir une éventuelle contamination des membres de leur famille ».

Présidente du conseil scientifique du Centre hospitalo-universitaire (CHU) Mohamed Abdenour Saâdna de Sétif, Pr Houria Zidani, a considéré que le manque de conscience de certains citoyens, dépassant parfois toutes les limites au point de se prêter les masques de protection lorsqu’ils pénètrent dans les institutions et lieux publics où le port de la bavette est obligatoire, signifie que la crainte des sanctions dépasse largement la peur pour leur vie et celle de leur famille.  Oscillant entre peine et détermination, Pr Zidani a mis l’accent sur  « la nécessité de trouver les mécanismes nécessaires pour persuader le  citoyen que le virus circule parmi nous et peut faire de nombreuses  victimes en raison de comportements inconscients ».

Et de renchérir : « Il est très important que le citoyen ressente le  danger qui le menace, lui et sa famille à cause de ce virus mortel, car le  sentiment de danger va inévitablement augmenter sa vigilance, et c’est seulement à partir de là qu’il respectera les mesures barrières  indispensables à la préservation de sa vie et celle de ses semblables ».

De son côté, le Dr Abdelhamid Boureghda exerçant au sein de  l’Etablissement public de santé de proximité (EPSP) de Ain Oulmène (45 km  au Sud de Sétif), a jugé qu »’il ne s’agit pas seulement de  sensibilisation », relevant qu’un « grand nombre de citoyens vont jusqu’à  défier les médecins, niant jusqu’à l’existence du virus ».

Dr Boureghda a également affirmé que les équipes médicales et  paramédicales travaillent dans des conditions psychologiques et physiques  pénibles, en raison du comportement de certains citoyens sceptiques, se  retrouvant parfois contraints de se déplacer à domicile pour leur prodiguer  des soins et les convaincre de la nécessité de respecter les instructions  afin de prévenir la propagation du coronavirus à leur entourage.

Dans le même contexte, il a ajouté que « seul un véritable confinement  peut permettre de maitriser l’épidémie », indiquant que la mise en œuvre de  cette mesure préventive adoptée dans de nombreux pays du monde qui ont fait  face efficacement à cette crise sanitaire, « conduira incontestablement à un  résultat efficient et satisfaisant dans un laps de temps n’excédant pas 14  jours ».

Ferhat Zafane