Délégation américano-sioniste au Maroc : focus sur la diplomatie de la… chaussette

Délégation américano-sioniste au Maroc : focus sur la diplomatie de la… chaussette

 

Les médias marocains ont eu beau faire, ils n’ont pas réussi à tourner à leur avantage la gravissime insulte faite à leur roi par Adam Boehler, le PDG de la US International Development Finance Corporation, qui faisait partie de la délégation reçue à Rabat en date du 23 décembre passé. Le concerné ; sur les photos, jambes croisées, ce constitue le comble de l’affront face un chef d’Etat ou un roi, pointait ostensiblement la semelle de ses chaussures en direction de Mohamed VI. Et, comme pour rendre le tableau encore plus saisissant, à la limite du surréalisme, le sieur Adam portait des chaussettes d’une couleur rouge immaculée. Si certains, pour « amortir » une pareille insulte, ont cru déceler quelque improbable « hommage au drapeau » marocain, force est de relever que cette approximation est un tantinet boiteuse. Elle ne peut résister à un examen attentif et objectif, mené à l’aune des canons diplomatiques les plus usuels qui soient.  La réalité, troublante et inquiétante en diable, réside très certainement ailleurs. Américains et Sionistes, gavés d’arrogance et de suffisance, se conduisent en effet au Maroc en territoires conquis. Après l’annonce folklorique de Trump sur la prétendue « marocanité du Sahara Occidental », ces hôtes par trop encombrants font sentir aux dirigeants marocains que ces derniers sont désormais devenus leurs éternels obligés. Comme je l’écrivais depuis peu, le Maroc s’est bel et bien laissé prendre dans les inextricables rets du puissant lobby sioniste. Ses représentants les plus apparents n’en éprouvent même plus le besoin de faire semblant. De sauver les apparences. De sauver le peu de dignité qui reste encore aux tenants du Makhzen. Le commandeur des croyants, dirigeant de pacotille, n’a désormais plus qu’à  ses pencher sur les dessous que portent ses hôtes de marque pour tenter de décoder les messages subliminaux que ces derniers souhaiteraient lui faire parvenir. Ce roi, fort heureusement, peut quand même se consoler en se disant qu’il en a l’habitude, et que son premier pas, franchi depuis des lustres, ne compte plus du tout. Après tout, ce ne sont que des chaussettes. Certes rouges. Mais des chaussettes quand même…

M.A.