Dans une note du département d’Etat : Washington désavoue l’annonce de Trump sur la prétendue marocanité du Sahara Occidental

Dans une note du département d’Etat : Washington désavoue l’annonce de Trump sur la prétendue marocanité du Sahara Occidental

Dans une note rendant compte de la rencontre qua eu le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken avec le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et dont nous avons obtenu une copie, la question épineuse du Sahara Occidental y est formellement abordée.

Or, le chef de la diplomatie américaine parle de « négociations politiques ». Cette option finit de détruire totalement cette illégale et inacceptable annonce de Trump sur la prétendue « marocanité du Sahara Occidental ».

Le coup de Poker de Mohamed VI, joué contre sa trahison de la cause palestinienne en acceptant de normaliser ses relations avec l’entité sioniste ne lui a donc rien rapporté.

Au contraire, il s’est au passage, aliéné ses sujets qui, comme les citoyens algériens, croient foncièrement à la cause sacrée de la Palestine. Le changement de cap de la Maison Blanche, que tous les observateurs avertis consultés par nous qualifiaient de «délicat » à cause de la «liaison » établie entre la cause sahraouie et la question palestinienne, s’est donc passé sans heurts notables, et de manière particulièrement diplomatique.

Blinken va même jusqu’à faire sienne la revendication principale du front Polisario, représentant légitime du peuple sahraoui, qui est celle de désigner très rapidement en nouvel envoyé du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara Occidental depuis la démissionne de horst köhler pour de supposées « raisons de santé », alors que cela était lié à d’évidentes pressions marocaines.

Toujours est-il que le fait d’évoquer de nouveau une « solution et des négociations politiques » suppose de facto la tenue d’un référendum d’autodétermination, puisqu’il s’agit de la solution la plus juste, et la plus concertée possible.

Ce disant, Washington a toutes les chances de reprendre son statut de « Pen Holder » au Conseil de sécurité de l’ONU. Mohamed VI, qui a donc lâché la proie pour l’ombre, a tout perdu dans son pari fou. Les sionistes, qui voyaient venir les choses de loin, s’était d’ailleurs bien gardés d’ouvrir une représentation diplomatique dans les territoires occupés de Laâyoune.

L’expert Yahia Zoubir, dans l’entretien qu’il nous avait accordé depuis quelques mois avait donc visé juste. La cause sahraouie s’en trouve renforcée. Aujourd’hui plus que jamais…

 

Mohamed Abdoun