Coopération : L’Algérie, partenaire stratégique pour l’Espagne et l’Europe, souligne Pedro Sanchez

Coopération : L’Algérie, partenaire stratégique pour l’Espagne et l’Europe, souligne Pedro Sanchez

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a réaffirmé jeudi, que l’Algérie était « un partenaire stratégique extrêmement important pour l’Espagne et l’Europe», soulignant que son pays  veillait à « approfondir les relations privilégiées qui lient nos deux pays ».

« Je remercie le Président Tebboune de m’avoir reçu, en dépit des restrictions qu’impose la pandémie de Covid-19, et cette rencontre constitue une occasion qui permet l’approfondissement de la coopération commune face à cette pandémie », a déclaré M. Sanchez à l’issue de sa rencontre avec le chef de l’Etat.

« L’Algérie joue un rôle extrêmement important pour ce qui est de la stabilité de la région, particulièrement dans la région du Maghreb et au Sahel et nous veillerons à renforcer la coopération dans ce cadre », a indiqué M. Sanchez, relevant l’engagement de l’Algérie à trouver un règlement aux crises dans la région et plus précisément en Libye et au Sahel.

A propos de sa visite en Algérie, il a indiqué qu’elle était une occasion offerte au gouvernements des deux pays pour faire part de leur « profonde volonté de tenir une rencontre de haut niveau entre les deux pays en 2021, et ce pour traduire la qualité des relations bilatérales ».

Il a ajouté que cette visite constituait « un premier pas qui se poursuivra par la rencontre de haut niveau prévue en Espagne, à travers laquelle nous œuvrerons à réitérer la volonté de coopération commune dans l’intérêt des deux pays ».

Dans ce cadre, il a estimé que « la coopération peut être établie dans plusieurs domaines, pas seulement dans les domaines de l’énergie et du commerce mais aussi dans les domaines de la sécurité et de l’intérieur, et particulièrement en matière de lutte contre les flux migratoires ».

  1. Sanchez a souligné que les deux gouvernements étaient  « déterminés à faire face au problème migratoire qui constitue un défi pour les deux parties, pas seulement pour les pays d’accueil mais aussi pour les pays de transit ».

Il a  ajouté que « nous œuvrons à travers plusieurs approches à faire face à ce problème, pas seulement à travers une approche sécuritaire mais aussi à travers l’aide et l’encouragement des pays d’origine à travers le développement économique et le soutien des jeunes pour leur offrir des opportunités de travail et les encourager à s’abstenir de la migration », précisant que « ces mesures entrent dans le cadre de la coopération bilatérales, sur laquelle nous misons pour éviter d’autres pertes humaines dans la mer Méditerranée ».

Evoquant le mémorandum d’entente sur l’environnement et développement durable signé entre les pays, il a expliqué que « la lutte contre les changements climatiques figure également dans l’agenda de la coopération bilatérales ».

Sur sa rencontre avec les hommes d’affaires des deux pays lors du forum d’affaires, M. Sanchez a précisé qu’elle avait permis de « passer en revue les projets sur lesquels nous travaillons, dont le câble de fibres optiques installé l’année dernière pour raccorder les deux pays ainsi que les projets d’investissement à Haoud El Hamra ».

Dans ce contexte, il a indiqué que son gouvernement s’intéressait « davantage aux nouveaux domaines tels que les énergies renouvelables, les industries agroalimentaires et le soutien et l’encouragement des start-up », relevant que « l’Algérie est un partenaire très important de l’Espagne, en témoigne les 550 sociétés espagnoles qui exercent en partenariat avec leurs homologues algériennes au mieux de l’intérêt des deux pays à travers la création de richesse et d’emplois ».

Qualifiant de ‘très avantageux et encourageant », le climat d’affaires en Algérie, il a souligné les entreprises espagnoles étaient « très intéressées par l’investissement en Algérie, certaines y exercent depuis 50 ans et ont apporté des avantages ayant profité aux deux pays ».

Sur l’amendement de la  règle 49/51, il a fait savoir que cela aide à favoriser les investissements étrangers en Algérie, au moment où il existe des opportunités de diversification des investissements notamment dans les domaines des énergies renouvelables, des industries agroalimentaires et des bureaux de consulting.

Ab. M.