Coopération : Benabderrahmane reçoit le président du Conseil d’administration du groupe qatari Ooredoo 

Coopération : Benabderrahmane reçoit le président du Conseil d’administration du groupe qatari Ooredoo 

Les activités du groupe Ooredoo en Algérie, et les perspectives de son développement, étaient au centre de  la rencontre du ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane et  le président du Conseil d’administration de la compagnie  qatarie,  Cheikh Faïsal Ben Thani Al-Thani qui occupe également le poste de Chef des Investissements Asie-Pacifique et Afrique au sein du groupe Qatar Investment Authority (QIA) l’un des plus grands fonds souverains au monde.

«Les discussions ont porté essentiellement sur les activités de cette Compagnie en Algérie et les perspectives de son développement, tenant compte du potentiel que recèle le marché algérien et des possibilités de croissance», a-t-on souligné dans un communiqué du département des Finances.

Les deux parties se sont félicitées, à cet égard, des conditions dans lesquelles évolue cette entreprise en Algérie.

Par ailleurs, indique le document, «le responsable du groupe Ooredoo a affiché l’intérêt de son groupe à entrevoir différentes formes d’investissements directs ou en partenariats qui couvriraient un large éventail de domaines».

Tout en accueillant «favorablement» la volonté du groupement qatari à diversifier ses investissements en Algérie, M. Benabderrahmane a réitéré «l’engagement des pouvoirs publics à encourager l’investissement direct étranger, particulièrement celui producteur de richesses et créateur de postes d’emploi, à travers la mise en place d’un cadre juridique stable et transparent d’une part, et l’adoption de mesures de facilitation à même de favoriser l’instauration d’un environnement favorable à l’entreprenariat et à l’investissement, d’autre part».

Le ministre a également saisi cette occasion pour «faire part à son interlocuteur des différents chantiers de réformes engagées par notre pays pour améliorer la compétitivité et l’attractivité de notre économie nationale».

Dj. Am