Consulat de Créteil : Un consul au chevet des desiderata de la diaspora

Consulat de Créteil : Un consul au chevet des desiderata de la diaspora

Mahmoudi Belkacem, le consul de Créteil, semble faire l’objet d’une basse et sordide cabale. A travers lui, c’est tout la diplomatie algérienne, ainsi que l’image de notre pays, qui sont visés.

Le consul de Créteil en (au milieu) en compagnie du héros algérien qui a sauvé du viol une jeune française

S’ il est visé de la sorte, c’est sans doute à cause de sa gestion transparente, et de son constant souci d’être au plus près des besoins et doléances des Algériens établis au niveau de la circonscription dépendant de ses compétences. Rahim Aissaoui,

le héros qui a sauvé une jeune française d’un viol certain, est catégorique. Joint  par téléphone, il nous a assuré, en effet, que ce consul, aux petits soins envers les Algériens vivant à Créteil, ne s’est jamais montré avare de conseils, et de soutiens administratifs et consulaires autant que faire se peut.

Des sources, qui connaissent personnellement ce consul aux compétences avérées, et qui a même été en poste au Maroc, ce qui représente en soi une authentique référence en or massif, vont jusqu’à révéler que ce diplomate, en toute discrétion, n’hésite pas à mettre la main à la poche pour venir en aide aux Algériens en détresse sociale, d’abord par empathie, mais aussi pour préserver l’image de l’Algérie et de ses ressortissants vivant sur un sol étranger.

La jeune étudiante, qui aurait prétendument été malmenée à l’entrée de ce consulat, a elle-même témoigné pour dire qu’elle a été reçue avec tous les égards voulus par ce consul, franchement à cheval sur ses devoirs.

La même étudiante va encore plus loin pour afficher clairement son refus d’être instrumentée par une poignée d’agitateurs, à l’affut du moindre prétexte pour casser du sucre sur le dos de l’Algérie. Elle ajoute même garder confiance en les autorités de son pays, l’Algérie.

In fine, la caravane passera, n’en déplaise à ces aboiements qui cherchent, en vain, à en stopper le cheminement…

Ali Oussi