Communication institutionnelle : un premier bond en avant

Communication institutionnelle : un premier bond en avant

La communication institutionnelle en Algérie connaît depuis quelques mois, un « bond en avant » remarqué par les Algériens adeptes des réseaux sociaux.

Ainsi, aujourd’hui, aussi bien  la présidence de la République, les différents ministères et  les wilayas que les institutions et organismes d’Etat et les entreprises publiques,  disposent de leurs pages officielles sur Facebook et Twitter, réseaux sociaux les plus suivis par les internautes, où ils diffusent des communiqués sur leurs activités quotidiennes en langue nationale que les internautes peuvent consulter, parfois en temps réel.

Grâce à ces réseaux sociaux, les Algériens qui disposent d’un Smartphone et d’une connexion internet, (combien sont-ils ?) sont informés des activités du président de la République, de ses ministres, des walis.

Ils sont en au courant de toutes les nouvelles sur les prestations notamment, nouvelles que fournissent à leur clientèle, les groupes comme Algérie Poste, les différentes banques commerciales, les compagnies d’assurance, l’Algérienne des eaux, les Caisses de sécurité sociales,  Air Algérie, et l’on en passe.

Cet effort dans la communication publique est certes, très louable, mais il reste très en-deçà de ce qui se fait dans d’autres pays, notamment, les plus avancés.

C’est que ce ne sont pas tous les Algériens qui disposent d’un Smartphone ou d’un PC  connecté, pour  s’informer sur le champ.

D’autre part, quand bien même, ces outils sont disponibles, il faut compter sur les irrégularités de la connexion Internet et, surtout, de sa puissance.

Cela dit, ces « insuffisances » en attendant l’introduction du haut débit généralisé de l’Internet en Algérie chez Algérie télécom, et l’accession de la majorité au fameux Smartphone, et autre PC portable, il y a lieu de tirer chapeau aux institutions nationales qui ont rompu avec la communication léthargique des années passées durant lesquelles même si pratiquement tous les ministères de la Républiques, les wilayas, les organismes d’Etat et entreprises publiques disposaient de sites web, mais qui restaient sans mise à jour pour longtemps.

Malheureusement, certains de ces sites officiels sont toujours sans mise à jour.

Reste que malgré ce bond en avant, la communication institutionnelle a besoin de plus de rigueur et de plurilinguisme, et surtout, de se départir de la fameuse « langue de bois » dans les communiqués rédigés pour être bien « consommée » par les internautes.

Ad. M.