Collectifs des associations sahraouis en France : « Notre peuple en a marre ! »

Collectifs des associations sahraouis en France : « Notre peuple en a marre ! »

Le collectif des associations sahraouies en France, la face à la passivité de la communauté mondiale, à commencer par le conseil de sécurité de l’ONU, alors que le Maroc poursuit ses atteintes flagrantes au droit international, a rendu public un communiqué usant d’éléments de langage très forts, parfaitement adaptés à la gravité de la situation.

Pour les auteurs de ce communiqué, en effet, « En lançant une opération militairele 13 novembre contre des civils Sahraouis qui manifestaient pacifiquement à El Guerguerat contre la construction d’une route illégale dans la zone-tampon, le Maroc a violé l’accord de cessez-le-feu conclu en 1991 ».

Et c’est donc en toute légitimité que « L’armée Sahraouie a riposté en légitime défense.

Les forces d’occupation marocaines ont également engagé une violente répression contre les manifestations pacifiques dans les territoires Sahraouis occupés.

Face à cette situation, désormais intenable et explosive, « le collectif des Associations de la Communauté Sahraouie en France et la Plateforme pour la Solidarité avec le peuple du Sahara Occidental se rassemblent ce jour, le samedi 28 novembre 2020, place de la République, à Paris pour : – Exprimer son soutien aux Peuple Sahraoui dans son droit à la légitime défense, dénoncer le silence complice de la « Minurso » et de l’ONU face à cette violation.

Et de rappeler que l’existence même de la Minurso n’a pas d’autre objectif que l’organisation d’un référendum d’autodétermination.

O, le peuple sahraoui attend vainement depuis une trentaine d’années, sous l’oppression colonialiste et criminelle de l’occupant marocain, pour qui la politique du fait accompli est devenue inacceptable constante. Le calvaire des détenus de Gdeim Izik est également rappelé dans ce communiqué.

Et de conclure, à juste titre, que « Le peuple Sahraoui en a assez de voir ses droits bafoués et les engagements des Nations unies à son égard non respectés. Il est décidé à poursuivre la lutte, sous toutes les formes, pour une solution politique définitive au problème de décolonisation du Sahara Occidental, dans le respect du droit international ».

Synthèse Rafik Bakhtini