Claudio Descalzi, P-D.G de l’Eni: «L’Algérie est le seul pays où le budget d’investissement a été maintenu  intégralement»

Claudio_Descalzi président-directeur général d'ENI
Claudio_Descalzi président-directeur général d'ENI

 Claudio Descalzi, P-D.G de l’Eni

«L’Algérie est le seul pays où le budget d’investissement a été maintenu  intégralement»

 

C’est à l’occasion de la signature, aujourd’hui, de trois accords gaziers entre Sonatrach et la compagnie italienne Eni, que son PDG Claudio Descalzi, a rappelé la place prépondérante de l’Algérie dans l’échiquier économique italien. « C’est la première fois que je sors d’Italie, après cette période difficile de covid-19, et c’est le premier pays que nous visitons, et cela a une signification très forte, pour souligner tout d’abord l’amitié, et avant tout nous sommes partenaires et associés depuis très longtemps. Nous avons les capacités de travailler ensemble, et de comprendre la position des uns et des autres. L’année passée nous avons investi beaucoup d’argent et nous continuons à investir aussi cette année.Nous sommes présents dans 67 pays, et nous avons beaucoup d’investissements, que nous allons réduire de 35 à 38%, mais en Algérie nous avons maintenu intégralement le budget d’investissement. Et quand on ne touche pas à l’investissement, cela signifie que nousavons de très bonnes relations avec notre associé. Mieux encore, nous avons foré des puits et augmenté la production de gaz et d’huile. Nous continuons donc au même rythme d’investissement. Certes, ce sont de nouveaux contrats, mais, réellement, c’est la continuité avec l’histoire merveilleuse que nous vivons avec les algériens et l’Algérie » a préciséClaudio Descarlzi, lors de la conférence de presse qui a sanctionné cette rencontre. Le conférencier rappelle aussi que Sonatrach demeure un partenaire prioritaire, c’est pour cela que nous n’avons pas réduit nos investissements, contrairement à ce qui est arrivé dans les autres pays. Nous n’avons pas réduit nos investissements pour tout ce qui concerne l’augmentation de la production de gaz et d’huile et des énergies renouvelables. Mieux encore, nous avons investi dans les installations pétrolières pour sauver le gaz et réduire les émissions, et nous allons investir sur d’autres sites, sur les énergies renouvelables. Pendant cette période très difficile nous avons travaillé dur pour finaliser les accords signés aujourd’hui. Nous avons également aidé le pays sur le plan de la santé avec des contributions, avec une présence active, nous n’avons jamais rapatrié nos cadres, tout le personnel d’ENI est resté en Algérie avec leurs collègues de Sonatrach, nous n’avons jamais quitté le pays ». a-t-il indiqué.C’était d’ailleurs la position d’ENI durant les années 90, quand, au moment où l’Algérie était pratiquement sous embargo, cette compagnie n’a pas quitté le territoire national, sans compter l’aide apportée à l’ALN durant la guerre de libération.Le PDG d’ENI, qui demeure l’une des compagnies les plus fiables et fidèles pour l’Algérie, a enfin déclaré beaucoup apprécier l’approche de Monsieur le ministre de l’Energie qui a réitéré son engagement pour être au service de Sonatrach et de ses partenaires pour leur faciliter le travail.