Chasse : Le ministère de l’Intérieur appelle au respect de la loi 

 Chasse : Le ministère de l’Intérieur appelle au respect de la loi 

 

La saison de chasse  pour cette année débutera à partir de ce mardi 15 septembre et s’étalera jusqu’au 15 février 2021, puisque c’est la meilleure période pour la chasse de certains gibiers tels la perdrix, le lièvre et certains pigeons.

A cette occasion, le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire  a souligné la nécessité de respecter les dispositions législatives et réglementaires des décrets exécutifs qui précisent les conditions d’obtention d’un permis de chasse.

En effet, un communiqué du ministère de l’Intérieur précise que «les différentes procédures réglementaires prévues dans le décret exécutif n ° 06-386 et n ° 06-387 du 31 octobre 2006, fixant les conditions et les modalités qui définissent les conditions de chasse et de livraison, en plus des dispositions du décret exécutif n ° 06-442 du 2 décembre 2006,qui précisent  les conditions de pratique de la chasse, ce qui comprend les types de gibier autorisés à chasser et les dates des saisons de chasse pour chaque espèce.

De son côté, le directeur général des forêts (DGF), Ali Mahmoudi, a annoncé l’attribution de 5.000 permis d’habilitation à la chasse dans le cadre de la réouverture officielle de cette activité, annoncée samedi dernier par le ministre de l’Agriculture et du développement rural, Abdelhamid Hemdani.

« Nous avons octroyé 5.000 permis à des chasseurs que nous avons formés nous-même et nous comptons délivrer 7.000 permis supplémentaires à d’autres chasseurs », a déclaré M. Mahmoudi à l’APS, en marge de la cérémonie consacrée à l’annonce officielle de l’ouverture de cette activité, après 25 ans de rupture.

Par ailleurs, le premier responsable de la DGF a fait savoir que son institution a procédé  à la formation de 13.000 chasseurs pour l’obtention du permis d’habilitation à la chasse. Selon ses précisions, la formation porte notamment sur la manipulation correcte du permis de chasse, les critères permettant de distinguer les espèces ciblées, quand et comment les abattre, la biologie des espèces et enfin le maniement des armes pour sécuriser le chasseur et son environnement et éviter ainsi les accidents qui pourraient  se produire en cas de mauvaise manipulation du fusil de chasse.

Il s’est réjoui du fait que les chasseurs ont pris conscience de la nécessité de s’organiser en associations et en fédérations au niveau des communes et des wilayas pour promouvoir leur activités et lutter contre le braconnage et la chasse anarchique. Quant au grand gibier nuisible à l’agriculture et au secteur forestier, notamment le sanglier, M. Mahmoudi a affirmé que c’est  le wali qui est habilité à délivre un arrêté pour permettre aux associations de chasser cet animal au cours d’une période déterminée.

Rabah Kourougli