Célébration du centenaire de la naissance de Mohammed Dib à Alger : Un monument de la littérature algérienne

Célébration du centenaire de la naissance de Mohammed Dib à Alger : Un monument de la littérature algérienne

 

Une soirée dédiée à l’un des monuments de la littérature algérienne, d’expression française, le grand Mohammed Dib a été organisée dans la soirée du lundi 12 octobre 2020, au Palais de la Culture « Moufdi Zakaria ».

Intitulé « Dib…en fête », l’événement organisé par le ministère de la culture a permis de faire revivre, l’espace d’une soirée, la mémoire de ce grand écrivain qui a donné à la littérature algérienne ses plus belles lettres de noblesse.

Autour de Malika Bendouda, plusieurs autres membres du gouvernement étaient réunis pour cette halte exceptionnelle en l’honneur de Dib, en l’occurrence le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, du conseiller chargé du mouvement associatif et de la communauté nationale à l’étranger, Nazih Berramdane, du ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de la Famille, Mohamed Hamidou, du ministre de l’Industrie Farhat Ait Ali Brahim, de la ministre de l’Environnement, Nassira Benharratainsi que du chef de l’Autorité de contrôle audiovisuel, Mohamed Louberet de la commissaire nationale de l’Autorité de protection et de promotion de l’enfance, Maryam Charfi. Etaient également présents plusieurs figures artistiques, intellectuelles et des innovateurs dans plusieurs domaines.

Dans une allocution prononcée à cette occasion, la ministre de la Culture et des Art a indiqué que « c’est une nuit élevée au haut rang de Dib, une nuit modeste pour l’auteur des chefs d’œuvre littéraires qui s’est contenté de cheminer sur le chemin de l’écrivain ».

Malika Bendouda a, par ailleurs, assuré que « l’Algérie qui aspire à la liberté et à un avenir qualitatif a, aujourd’hui, un besoin urgent de se réapproprier son patrimoine littéraire, de le vulgariser, de le faire connaître et de le transmettre aux nouvelles générations pour que l’Algérie soit un véritable symbole de pluralité et de diversité ».

La première responsable du secteur en a profité pour annoncer l’organisation de résidences consacrées à la traduction de ce qui n’a pas été déjà traduit parmi les œuvres de Dib ainsi que la publication de toutes ses œuvres en langue arabe d’ici la fin de l’année 2021. Elle a aussi évoqué d’autres projets, entrant dans le cadre de la célébration du centenaire de l’auteur de « La Grande Maison », comme l’adaptation théâtrale de deux de ses œuvres.

Cette soirée était l’occasion idoine pour annoncer la remise à la fin du mois en cours du grand Prix du roman Mohammed Dib, organisé par la Fondation éponyme et parrainé par le ministère de la Culture et des Arts.

Enfin, la ministre a rendu hommage à l’icône du cinéma algérien, la grande Chafia Boudraa, en remerciement pour son apport considérable à la culture algérienne.

La soirée s’est poursuivie avec la présentation d’un programme artistique varié, présenté par de jeunes artistes et comédiens.

Lamia B.