Cause sahraouie : l’UA reprend la main

Cause sahraouie : l’UA reprend la main

L’Union africaine ne pouvait raisonnablement rester inactive face aux actions illégales menées par Trump dans le seul but de servir le lobby sioniste. En effet, Smaïl Chergui, Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine (UA) a indiqué que le Conseil de paix et de sécurité (CPS) tiendra une réunion spéciale sur le Sahara occidental afin de formuler des propositions à même de parvenir à un nouvel accord de paix et de cessez-le-feu entre les deux parties en conflit.

Smaïl Chergui a fait savoir que le Sommet exceptionnel tenu le 6 décembre passé, avait exprimé l’inquiétude de l’UA vis-à-vis des derniers développements survenus entre deux pays membres de l’Organisation, en l’occurrence le Maroc et le Sahara occidental. Avant de tenir une séance à huis-clos pour prendre les mesures appropriées, le CPS auditionnera les deux belligérants qui devront expliquer leurs positions au sujet des derniers développements au Sahara occidental, a-t-il précisé.

Il a souligné que le CPS assume l’entière responsabilité de la « panne diplomatique » qui a amené à la situation dangereuse actuelle au Sahara occidental qui n’a pas vu la désignation d’un nouvel émissaire, depuis plus de deux années et le refus par le Maroc de l’ouverture d’un bureau de l’UA à El Ayoun occupée.

Le retour de la question du Sahara occidental à l’agenda du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine constitue une victoire pour l’organisation continentale, qui s’est toujours efforcée de régler, à son niveau, les crises africaines.

Devant les atermoiements onusiens dont pâtit la question sahraouie et suite à l’échec du mécanisme de la Troïka, l’organisation continentale doit s’employer, par le truchement du Conseil de paix et de sécurité africain qui s’est ressaisi du dossier, à donner un nouveau souffle à la question et œuvrer pour une solution d’urgence qui permette au peuple sahraoui de récupérer ses territoires spoliés et favorise la décolonisation de la dernière colonie en Afrique.

Le commissaire Smaïl Chergui a souligné que la décision des dirigeants africains d’inscrire à nouveau la question sahraouie à l’agenda du Conseil de paix et de sécurité visait à « lui donner un nouveau souffle ».

Selon le texte de la décision entérinée par l’UA lors de son dernier sommet extraordinaire, qui a débouché sur des résultats importants à même d’inscrire à nouveau la question du Sahara occidental en tête des priorités de l’organisation continentale, une solution juste au conflit du Sahara occidental doit être « conforme aux décisions et résolutions pertinentes de l’Union Africaine et de l’ONU ainsi qu’aux objectifs et principes de l’Acte constitutif de l’UA », lequel insiste sur le strict respect du principe de l’intangibilité des frontières héritées à l’indépendance.

De son côté, le Conseil de sécurité de l’ONU a également décidé de se saisir lundi prochain de la question du Sahara occidental et d’en examiner l’évolution tant au plan militaire que diplomatique.

Les saisies du CPS de l’Union Africaine et du Conseil de sécurité constituent un revers indéniable pour le Maroc qui a tout fait pour que son occupation coloniale d’un territoire non autonome ne soit examiné par ces deux instances cause

A.O