BLIDA : installation de la colonne mobile de la protection civile et des services des forêts

BLIDA : installation de la colonne mobile de la protection civile et des services des forêts

Comme chaque année à pareille date, la protection civile procède à la mise en place d’une colonne mobile sur les hauteurs de la ville de Blida, en plein cœur du Parc National de Chréa, afin d’être sur place en cas d’incendie.

Cette année, outre la colonne mobile de la protection civile, c’est celle des services des forets qui a aussi été mise en place et qui sera d’un apport certain pour la lutte contre les incendies de forêts, très nombreux et très dangereux pour le parc national de Chréa et toute la région.

L’installation de ces deux colonnes a été faite en présence du wali de Blida, Kamel Nouicer, du P/APW et des membres de la commission de sécurité de wilaya.

Il faut dire que, chaque année, nous assistons à la destruction de centaines, parfois de milliers d’hectares de couvert végétal au niveau de toutes les régions boisées de la wilaya de Blida, mais plus particulièrement à Chréa, où des dizaines d’espèces rares d’arbres partent en fumée, souvent suite à des imprudences criminelles, en même temps que la destruction de l’habitat naturel d’espèces animales diverses, dont certaines ne se trouvent qu’à Chréa.

Depuis plusieurs années, la protection civile a initié des colonnes mobiles qu’elle installe au niveau des endroits qui courent un danger réel de feux de forêts et Blida a été parmi les premières wilayas à en avoir été dotée.

La colonne mobile, composée de 8 véhicules anti-incendie, d’un camion-citerne pour l’approvisionnement en eau, d’une ambulance, d’un bus et d’un véhicule alors que la composante humaine est de 50 sapeurs-pompiers de divers grades et de trois officiers. Pour la colonne mobile des services des forêts, elle comprend 8 véhicules anti-incendie légers et 16 agents chargés de la lutte anti-incendie.

Les colonnes mobiles demeurent opérationnelles du 1er juillet au 31 octobre de chaque année et peuvent être déplacées vers d’autres endroits ou même d’autres wilayas limitrophes si les circonstances l’imposent.

Tahar Mansour