Blanchiment d’argent et financement du terrorisme : Le Maroc épinglé par le GAFI

Blanchiment d’argent et financement du terrorisme : Le Maroc épinglé par le GAFI

Certes, il est de notoriété publique que le royaume chérifien est fort mal géré. Il se trouve en effet aux mains de dangereux bandits en cols blancs.

Ces derniers, forts d’une impunité qui en dit long sur les ramifications et soutiens internationaux dont jouit le Makhzen, poussent désormais le bouchon si loin qu’ils en arrivent au stade de franchissement du Rubicon.

Au Maroc, la pratique criminelle du blanchiment d’argent,  au reste connue pour être étroitement liée au financement du terrorisme, est devenue une pratique généralisée.   Ce genre de supputations devient désormais officiel.

C’est en effet le  Groupe d’action financière (GAFI), organisme de surveillance intergouvernemental mondial du blanchiment d’argent, qui en a fait état dans son dernier rapport.

Le royaume de Mohamed VI, en train de boire sa déchéance jusqu’à la lie, s’en trouve placé dans la même liste que le Yémen, pays pauvre, en proie à la famine et à une crise humanitaire à la suite de la sauvage agression dont il est victime de la part des armées saoudienne et émiratie.

Le Maroc est donc considéré comme « problématique » par le « chien de garde international » et intergouvernemental  chargé de surveiller les flux d’argent douteux, et essentiellement liés au financement du terrorisme, le blanchiment d’argent e, bien entendu, le trafic de drogue.

Rabat, qui s’est maintes fois fait « tirer les oreilles », refuse toujours de se plier aux injonctions et recommandations du GAFI. C’est ce qui fait que cette humiliante désignation n’a guère surpris les observateurs avertis qui suivent de près les agissements délictueux de la plupart des dirigeants du royaume chérifien.

Preuve en est que l’ONG Transparency Internationale a elle aussi pointé du doigt les graves pratiques liées à l’enrichissement illicite, devenue « monnaie courante » sous le ciel marocain.

En attendant, le GAFI, qui s’occupe de traquer et de dénoncer les « gouvernements voyous » s’adonnant au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme, vient d’ajouter quatre autres Etats à sa liste noire. Il s’agit du Maroc –ce qui n’a rien d’étonnant au regard des agissements délictueux des gens du Makhzen, qu’ils soient civils ou militaires, de la Corée du Nord, de l’Iran et du Sénégal.

Hormis ces quatre pays, 19 autres Etats sont inclus sur une liste qualifiée de « grise », et où la frontière entre l’argent sale et la criminalité internationale est à tout le moins floue et insaisissable.

Le Wall Street Journal explique que pas moins de 205 pays sont régulièrement scannés et suivis en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Marcos Mayer, président du groupe de travail en charge de ce dossier, dont le siège est basé à Paris, capitale française, a authentifié cette liste dans une déclaration faite à l’agence américaine Associated PRESS (AP).

La décision a été prise lors d’une assemblée générale qui a eu lieu pour désigner le «meilleurs élève » en matière de lutte contre le terrorisme, ne trompe donc plus du tout son monde avec ses fausses opérations montées de toutes pièces, et les aveux surréalistes extorqués sous la torture à de pauvres sujets de Mohamed VI embarqués de manière aléatoire et arbitraires par les services de sécurité marocains dans le seul but de « faire du chiffre » et d’essayer de bien se faire voir par ses maitres du moment.

Il est de notoriété publique qu’Abdellatif Hammouchi, le chef des services de sécurité et de renseignements marocains, recourt très fréquemment à la fabrication de documents et de preuves compromettants pour faire chanter les opposants politiques, ou bien leur imposer définitivement silence.

Beaucoup de journalistes, d’avocats, de défenseurs des droits de l’Homme, ou même d’anciens officiers de police comme c’est le cas de Wahiba Khenchiche, en ont en effet été les malheureuses victimes expiatoires. C’est dire que la justice et la vérité finissent toujours par rattraper tous les criminels en cols blancs…

Mohamed Abdoun