M. Abderrahmane Bouchelarem, PDG de Sarpi : L’Algérie et Sonatrach dans le sang

Energie – Sonatrach

Sarpi – Filiale 100 % Sonatrach

M. Abderrahmane Bouchelarem, PDG de Sarpi : L’Algérie et Sonatrach dans le sang

Par Tahar Mansour

Il suffit d’entendre parler M. Abderrahmane Bouchelarem, le Président-Directeur Général de l’entreprise Sarpi pour comprendre l’amour qu’il porte à l’entreprise qu’il dirige et qu’il a su mener de succès en succès, nonobstant toutes les difficultés et les crises traversées ou en cours.

M.Bouchelarem est PDG de Sarpi depuis septembre 2014 mais nous pouvons dire qu’il est le digne fils de Sonatrach puisqu’il a été recruté juste après son obtention du baccalauréat et envoyé en Angleterre sous l’égide de l’entreprise Sonatrach pour y recevoir des études supérieures et revenir avec un diplôme d’ingénieur en Génie Mécanique obtenu à l’Ecole polytechnique de Nottingham, au début des années 80. Il est aussi titulaire d’un Exécutif Master in Business Administration « EMBA » avec MDI-EDHEC Business School et a suivi des formations de très haut niveau en Gestion Financière et Comptable avec Ernest Young – France, et en Total Project Management et Knowledge Management avec des sociétés de renommée international.

De retour en Algérie après la fin de ses études en Angleterre, M. Bouchelarem a occupé le poste d’ingénieur au sein de TRC à Haoud El Hamra (Hassi Messaoud). Il gravit les échelons en qualité de chef de Base Maintenance au même endroit et Directeur de Maintenance à Laghouat durant 9 ans (2005/2014) au cours desquelles il a été l’un des acteurs-clés de la modernisation et du développement de cette direction chargée de la maintenance et de l’entretien des installations de TRC Sud et Ouest.

Lors de sa nomination à la tête de Sarpi en 2014, la société traversait une période exceptionnelle avec un manque de plan de charges, un parc matériel insuffisant et vétuste et des investissements très faibles avec, comme corollaires, l’approche de la fin de partenariat avec ABB Italie.

Aussitôt installée, M. Bouchelarem entama des réformes organisationnelles et managériales d’envergures qui ont permis de redresser la barre et de diversifier les champs d’intervention de la société, obtenant des résultats probants très rapidement. Depuis lors, Sarpi a connu une autre dimension, qu’elle est en train de conforter, surtout après la fin du partenariat avec ABB Italie qui a permis aux cadres algériens guidés par M. Bouchelarem de concrétiser les objectifs retenus. La preuve a d’ailleurs été donnée puisque le chiffre d’affaires a été doublé dès la première année où Sarpi était une filiale à 100 % de Sonatrach.

T.M