Benabderrahmane : « Notre objectif est d’arriver à 0 dossier de crédit rejeté »

Benabderrahmane, ministre des Finances : « Notre objectif est d’arriver à 0 dossier de crédit rejeté » 

Interrogé par la PatrieNews, sur la nouvelle politique adoptés par le gouvernement dans l’accompagnement des jeunes dans la réalisation de leurs projets, à travers les différentes modes de financement, ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a appelé les jeunes à se rapprocher des banques pour réaliser leurs propres projets, et participer ainsi à la création d’emploi et de richesses.

« Certes les banques doivent en effet revoir leur modèle économique pour conserver leur statut de partenaire de confiance. Notre vision vers le secteur bancaire en tant que responsables et citoyens doit-être changée.

Pour cela, les responsables de ces banques doivent revoir leurs politiques d’accompagnement.

Nous devons faire de notre système monétaire une valeur sûre pour l’économie nationale et pour le produit  national brut » prône le ministre des finances. Dans le même ordre d’idée, notre interlocuteur affirme l’existence d’une  dématérialisation acquise pour la gestion des dossiers.

« Une dématérialisation née suite à la Covid, mais là nous allons consacrer cette dématérialisation, et le numérique comme un outil d’efficacité et de gestion,  à temps réel, des dossiers de crédit.

Un accompagnement certain sera assuré à l’ensemble des dossiers. Il y a une remontée de l’information vers la plus haute sphère de la banque pour épingler toutes les insuffisances constatées dans le traitement des dossiers dans les délais. Sachant que dans la démarche qui a été concrétisée, le délai du traitement est de 72h, soit le dossier est acceptés, soit il sera momentanément rejeté.

A cet effet, nous avons donné des instructions aux responsables de la Banque, de revenir sur ces dossiers, s’il n’y a pas les critères d’éligibilité, la banque doit accompagner le jeun entrepreneure et « startupeur », à l’effet de compléter son dossier, et lui indiquer les chemins à entreprendre, pour compléter son dossier.

Il n’y aura pas de dossiers rejetés mais plutôt des dossiers à compléter.

L’accompagnement va-t-être proactif, car avec les prospectus qui existent nos jeunes entrepreneurs auront à voir quelles sont les conditionnalités qui leur permettront d’y accéder à ce genre de crédit.

Et c’est toutes les banques, de moins publiques, qui vont adopter ce genre du produit » précise Aymen Benabderrahmane.

Yahia Maouchi