Aymane Benabderrahmane trace les grandes lignes de son département

Nommé ministre des Finances dans le Gouvernement Djerad II

Aymane Benabderrahmane trace les grandes lignes de son département

Aymane Benabderrahmane est le ministre des Finances depuis mardi 23 juin.  Au lendemain de sa prise de fonctions, le nouveau premier argentier du pays, s’est déjà fixé des priorités.

Il s’agit d’abord «  d’une réforme globale de la fiscalité ».

D’ailleurs, une nouvelle vision se dessine dans ce sens pour l’avenir.

« Le Gouvernement compte financer les dépenses de l’Etat à hauteur de 80 % par le biais de la fiscalité ordinaire », apprend-on de sources sûres auprès  du ministère des Finances. 

L’objectif est de  faire face au recul de la fiscalité pétrolière qui a enregistré une baisse conséquente depuis l’année 2014.

Il est aussi question d’encourager les investissements, créateurs de richesses et d’emplois.  La réforme du système financier et du système bancaire constitue ainsi une « priorité ».

Ces réformes concernent notamment la gouvernance des banques et leur restructuration afin de parvenir à un système bancaire moderne, notamment via la digitalisation qui devra également concerner, différentes administrations dépendant du ministère des Finances.

Á la tête du département des Finances, Aymane Benabderrahmane, veut également en finir une bonne fois pour toutes,avec la réévaluation des projets publics qui pesaient lourd sur le budget de l’Etat. 

Á titre illustratif, plus de 250 milliards DA avaient été nécessaires pour réévaluer les projets pour l’exercice 2019.

Ainsi, dans le futur,aucune réévaluation,ne devra être supérieure à 10% du coût initial du projet.

Farid Houali