Au nom du président de la République : l’Ambassadeur d’Algérie en France remet l’emblème national à la famille du Chahid Ali Boumendjel

Au nom du président de la République : l’Ambassadeur d’Algérie en France remet l’emblème national à la famille du Chahid Ali Boumendjel

Ali Boumendjel que la France reconnait « enfin » qu’il a été torturé et assassiné par l’armée française, a été ressuscité   encore une fois ce 8 mars, quoi que les hommes de sa trempe, sont tout simplement immortels.

En effet, l’emblème national a été remis ce lundi, aux membres de la famille du Chahid Ali Boumendjel, « au  nom  du  président  de  la  République,  Abdelmadjid Tebboune » par l’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed-Antar Daoud lors d’une cérémonie solennelle organisée au siège de la représentation dolomitique algérienne, en  présence  d’anciens moudjahidine  de  la  fédération de  France  du  FLN, des  chefs  de  poste consulaire dans la région Ile-de-France et de l’ensemble du personnel diplomatique et administratif de l’Ambassade.

« Cette cérémonie d’hommage et  de  recueillement, qui intervient  après  la  reconnaissance  par l’Etat français de la torture et de l’assassinat du Chahid Boumendjel », lit-on dans un communiqué de l’ambassade d’Algérie en France, parvenu à notre rédaction.

Lors  de cette  occasion qui  se  voulait également  « un  moment de  commémoration des  sacrifices  de  nos valeureux  martyrs, « Mohamed-Antar  Daoud  a  prononcé  une  allocution  dans  laquelle il  a  rappelé  le  parcours  de  lutte  de  feu  Ali  Boumendjel  qui  aura  résisté  aux  pires  exactions  qui soient sans jamais trahir ni renoncer à son idéal pour son pays».

Mettant en valeur les qualités de ce «Moudjahid exemplaire», le diplomate,  salué la mémoire d’un Homme au «courage et stoïcisme sans limite».

Dans son intervention à l’occasion, le  diplomate  algérien, a en par ailleurs,   mis en  exergue  le combat  de  la  regrettée,  Malika Boumendjel, veuve du Chahid ayant lutté sans relâche, des années durant, pour que soit élucidée la vérité sur les circonstances de la mort de son mari, quittant hélas ce monde sans qu’elle puisse vivre avec les siens ce grand moment de la reconnaissance  officielle de la France de l’assassinat de son époux.

L’Algérie ne renoncera pas à sa mémoire

D’autre part,  l’ambassadeur d’Algérie a souligné que «l’exigence » de vérité et de reconnaissance de responsabilité  a  été  clairement  revendiquée  par  le  président  Abdelmadjid  Tebboune,  qui  de  façon constante,  a  insisté  en  totale  communion  avec  le  peuple  algérien,  sur  le  fait  que  la  qualité  et  la pérennité  des  relations  algéro-françaises ne sauraient s’accomplir pleinement sans prise en compte de l’histoire et de la question mémorielle, à propos de laquelle nulle renonciation ne  saurait  être envisagée», saluant ensuite certaines avancées  symboliques enregistrées  au chapitre mémoriel,  notamment  la restitution des restes mortuaires des premiers résistants algériens ou bien encore la reconnaissance de la mort sous torture de Maurice Audin.

« Beaucoup reste à accomplir alors que 2022 marquera le 60e anniversaire de notre glorieuse indépendance », a soutenu Antar Daoud citant à ce titre quelques chantiers restant ouverts, tel ceux des archives, des disparus et des essais nucléaires au Sahara.

« Le  peuple  algérien  demeurant  fidèle  au  legs  sacré  de  nos Chouhada reste  déterminé  à  surmonter tous les obstacles et difficultés dans sa marche vers un avenir meilleur », a souligné l’Ambassadeur, tout en mettant l’accent sur  le  rôle  désormais  dévolu  à  la  jeunesse  et  à  la  femme  algériennes appelées à s’impliquer politiquement dans l’édification de l’Algérie nouvelle que  le  Président  de  la République s’est engagé à concrétiser.

Dans  ce  cadre, il  a rappelé que les  Algériens  auront à  réaffirmer,  lors  des  prochaines  législatives, cette volonté de poursuivre le processus de renouveau national sur les valeurs de transparence et de confiance, bannissant à jamais les tentatives de corruption, tel que cela a été revendiqué par le Hirak El Moubarek et promis par le Chef de l’Etat.

M.M.H