Au lendemain l’assassinat d’un éminent scientifique iranien : Téhéran crie vengeance

A view shows the scene of the attack that killed Prominent Iranian scientist Mohsen Fakhrizadeh, outside Tehran, Iran, November 27, 2020. WANA (West Asia News Agency) via REUTERS ATTENTION EDITORS - THIS IMAGE HAS BEEN SUPPLIED BY A THIRD PARTY.

Au lendemain l’assassinat d’un éminent scientifique iranien : Téhéran crie vengeance

Tout porte à croire que l’Iran ne va pas rester les bras croisés face à l’acte criminel et terroriste qui a visé ce vendredi un de ses éminents scientifiques versés dans le nucléaire. Cet acte, qui porte à coup sûr l’empreinte du Mossad, les services secrets sionistes, va très certainement donner lieu à des actes de représailles de la part des gardiens de la révolution, troupes d’élite de l’armée iranienne en attendant,  l’Iran a accusé Israël d’avoir joué un « rôle » dans l’assassinat vendredi 27 novembre de Mohsen Fakhrizadeh, un scientifique iranien de haut rang travaillant dans le secteur nucléaire. « Des terroristes ont assassiné aujourd’hui un éminent scientifique iranien. Cette lâcheté – avec des indications sérieuses du rôle d’Israël – montre le bellicisme désespéré de ses auteurs », a tweeté Mohammad Javad Zarif, ministre des Affaires étrangères iranien. Ce dernier a également appelé la communauté internationale à « mettre un terme à ses honteuses positions ambivalentes et à condamner cet acte terroriste ». Le chef d’état-major, le général de division Mohammad Baghéri, a lui prévenu qu’une « vengeance terrible » attendait « les groupes terroristes et les responsables et les auteurs de cette tentative lâche ».

En disant cela, l’Iran ne parle certainement pas en l’air. L’assassinat par les Américains, en Irak, du général Souleimani, chef de la brigade Al Qods, avait en effet été suivi par des raids sur des positions US, faisant plusieurs morts parmi les Gis posté dans ce pays.

Kamel Zaidi