Argent envoyé en Afrique par la diaspora de France : en baisse de 25 %

Argent envoyé en Afrique par la diaspora de France : en baisse de 25 %

Les fonds transférés en Afrique par la diaspora en France ont chuté de 25% cette année, en raison de la fragilisation des travailleurs migrants due à la crise sanitaire, révèle une étude publiée à l’occasion de la journée internationale des migrants vendredi. «En 2020, le volume des transferts d’argent des diasporas a chuté malgré un effort plus important consenti par un tiers des expéditeurs», souligne cette enquête Ipsos/RMDA réalisée du 23 juillet au 7 août, financée par l’Agence française de développement (AFD) et le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. 

Les résultats montrent une baisse de près de 25%, bien qu’au premier semestre 80% des expéditeurs habituels continuaient à transférer des fonds, envoyant en moyenne plus de 1.300 euros par an. «La situation sanitaire a ainsi accentué la fragilité d’une partie de ces travailleurs, pris en étau entre la baisse de leurs revenus et les sollicitations fortes de la famille au pays», résume-t-on à l’AFD. 

Les envois de fonds des diasporas, poursuit-elle, représentent des «sources de revenus essentielles pour de nombreux pays en Afrique», comme au Sénégal où ils représentent 12,8% du PIB. «Ces montants sont d’ailleurs plus élevés que l’aide publique au développement, même lorsqu’on ne prend pas en compte les transferts informels, eux aussi conséquents.»

R.E.