Arabie Saoudite : Affaire de corruption de plus de 3 milliards de dollars

Arabie Saoudite : Affaire de corruption de plus de 3 milliards de dollars

L’agence de presse officielle saoudienne (SPA) a rapporté que l’Autorité de contrôle et de lutte contre la corruption, en coopération avec la Banque centrale, a entamé ses procédures judiciaires dans une affaire impliquant des employés de banque et des hommes d’affaires dans le Royaume accusés de recevoir des pots-de-vin d’une organisation criminelle.

L’agence, citant une source responsable a fait savoir que «la valeur des liquidités, sur lesquelles portent les enquêtes, est de 11,6 milliards de riyals (soit 3,093 milliards de dollars».

Les personnes impliquées dans cette affaire sont un groupe de résidents, des hommes d’affaires, des employés de banque et un membre des forces de l’ordre, qui ont déposé des sommes en espèces venant de sources inconnues, et qui ont été par la suite transférées hors du Royaume.

Les forces de l’ordre saoudiennes ont arrêté 5 résidents alors qu’ils se rendaient à une banque. En outre, 7 hommes d’affaires, 12 employés de banque et un sous-officier de police ont également fait l’objet d’arrestations.

Dans cette même affaire, 5 autres citoyens ont été arrêtés, pour des soupçons portant sur leur implication dans des délits de corruption, de contrefaçon, de trafic d’influence pour acquérir des gains financiers illicites, de dissimulation commerciale et de blanchiment d’argent.

Les enquêtes portent aussi sur plusieurs personnes dont des hommes d’affaires et un directeur d’agence bancaire, soupçonnées d’avoir forgé un certain nombre d’entités commerciales fictives, d’avoir ouvert des comptes bancaires et d’avoir permis à des résidents d’utiliser ces mêmes comptes pour des opérations de retrait et de dépôt.

L’Autorité de contrôle a confirmé, selon l’agence officielle, qu’elle continue de surveiller et de contrôler une quelconque atteinte à l’argent public ou tout autre usage abusif d’influence pour réaliser un intérêt personnel et nuire à l’intérêt public.

Yacine Bouali